Enquêtes sur un compte Facebook mettant en scène des détenus des Baumettes

le
0
Enquêtes sur un compte Facebook mettant en scène des détenus des Baumettes
Enquêtes sur un compte Facebook mettant en scène des détenus des Baumettes

Des enquêtes administrative et judiciaire ont été ouvertes après la découverte d'une page Facebook "MDR o Baumettes" (mort de rire aux Baumettes) montrant des détenus exhibant liasses de billets et produits stupéfiants, a-t-on appris lundi auprès de la direction interrégionale de l'Administration pénitentiare."On a tout de suite pris des dispositions après la découverte de cette page Facebook en ouvrant une enquête administrative et en saisissant le procureur de Marseille", a indiqué à l'AFP Philippe Perron, le directeur interrégional de l?Administration pénitentiaire (AP) de Marseille, précisant que cette page avait été depuis fermée par son auteur.Selon M. Perron, elle a été publiée depuis "l'extérieur" de la prison, avec des clichés "remontés de l'établissement", mais l'auteur n'a pas encore "été identifié" et il a retiré la page dès que "ça a commencé à se savoir".Alors que cette publication, révélée lundi par La Provence, a suscité la colère de plusieurs syndicats de surveillants de prison qui ont notamment dénoncé "une dérive inquiétante" et une "gestion de club de vacances", M. Perron a affirmé que "des fouilles sectorielles" notamment auprès d'individus reconnaissables ont permis "de retrouver certains des objets présentés".Dans un communiqué, le Syndicat pénitentiaire des surveillants non gradée (SPS) déplorait lundi la circulation de ces photos sur les réseaux sociaux notamment "plusieurs selfies de détenus en train d'exhiber leurs muscles, se montrant avec des liasses de billets, ou avec des stupéfiants ainsi que des téléphones portables", des objets et substances prohibés en détention.Ce syndicat réclame une réaction de l'administration et demande "une fouille générale du centre pénitentiaire de Marseille; l?apport d?effectifs de surveillants; l?abrogation de l?article 57 de la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant