ENQUÊTE-USA-Deux hausses de taux attendues cette année, sans certitude

le
0
    par Anu Bararia 
    14 avril (Reuters) - La Réserve fédérale américaine relèvera 
ses taux d'intérêt à deux reprises cette année, en commençant au 
mois de juin, mais la probabilité de ces durcissements 
monétaires a diminué avec le trou d'air de la croissance 
américaine en début d'année, d'autant que l'inflation reste sous 
contrôle et que l'économie mondiale est à la peine, montre une 
enquête Reuters jeudi.  
    Dans cet environnement, la Fed devrait passer son tour lors 
de la réunion de son comité de politique monétaire d'avril et ne 
relever qu'en juin ses taux, de 25 points de base, selon la 
médiane des prévisions des 97 économistes interrogés. 
    Ceux-ci s'attendent à une autre hausse avant la fin de 
l'année, qui porterait l'objectif des fonds fédéraux dans une 
fourchette de 0,75% à 1,0%. 
    Les économistes interrogés sont toutefois moins assurés que 
ces deux hausses de taux interviendront d'ici la fin de l'année: 
près d'un quart d'entre eux ne s'attendent qu'à une seule hausse 
de taux cette année alors qu'ils n'étaient que 15% de cet avis 
le mois dernier.  
    La probabilité d'un relèvement des taux au mois de juin est 
désormais estimée à 55% contre 60%, ce qui peut certes soutenir 
les marchés financiers à court terme mais reflète aussi la 
dégradation de la conjoncture mondiale. 
    "Le pente est assurément rude sur le chemin qui mènerait à 
une hausse en juin. Il faut que beaucoup de choses se passent 
bien d'ici là", a dit Sam Bullard (Wells Fargo). 
    La capacité de l'économie américaine à supporter deux 
hausses de taux est la grande question du moment alors que tout 
le monde est en train de revoir ses prévisions de croissance et 
d'inflation à la baisse, a-t-il ajouté. 
     
    LES PRÉVISIONS DE CROISSANCE À LA BAISSE  
    L'économie américaine a pratiquement calé au premier 
trimestre, selon la Fed d'Atlanta. Les économistes interrogés 
s'attendent quant à eux à une croissance de l'activité de 1,2% 
en rythme annualisé, contre 2,0% dans l'enquête précédente.  
    La croissance du premier trimestre a souvent été surestimée 
par les prévisionnistes, la plupart du temps en raison de 
l'impact des perturbations climatiques et cette année à cause 
d'une chute des stocks plus importante que prévu, ce qui a pu 
contribuer au maintien par la Fed d'un discours très 
accommodant.  
    Même si l'activité devrait accélérer au cours des prochains 
trimestres, les économistes n'ont cessé depuis l'année dernière 
de revoir à la baisse leur prévision de croissance pour 2016. 
Ils anticipent désormais une croissance de 2,0% en moyenne sur 
l'année, contre 2,1% attendu le mois dernier.  
    Les incertitudes sur les perspectives économiques, la 
faiblesse de l'inflation et les vues divergentes exprimées par 
les responsables de la Fed ne contribuent pas à faciliter la 
tâche des prévisionnistes quant à sa prochaine initiative sur 
les taux. 
    S'ils sont confiants sur la solidité du marché de l'emploi, 
ils ne s'attendent pas à ce que l'inflation de base - la mesure 
privilégiée par la Fed de la hausse des prix - se rapproche 
cette année de l'objectif de 2% de la banque centrale, en raison 
de la faiblesse des cours du pétrole, de la vigueur du dollar et 
du ralentissement de la consommation des ménages. 
    Les économistes interrogés n'accordent qu'une probabilité de 
15% à une rechute de l'économie américaine en récession.  
     
 
 (Marc Joanny pour le service français, édité par Marc Angrand) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant