Enquête sur un contrat d'armement avec l'Arabie Saoudite

le
0
Le parquet de Paris a donné son feu vert à l'ouverture d'une information judiciaire sur le contrat Sawari II, conclu en 1994 avec l'Arabie saoudite. Mais les investigations ne seront pas menées par le juge Van Ruymbeke, qui avait demandé à élargir son enquête sur l'affaire Karachi.

Le parquet de Paris a donné la semaine dernière son feu vert à l'ouverture d'une enquête sur Sawari II, un contrat de vente de frégates à l'Arabie saoudite conclu en 1994. Ces investigations doivent déterminer si ce contrat a donné lieu à de la corruption.

C'est un développement du dossier Karachi qui est à l'origine de cette décision. Le juge Renaud Van Ruymbeke, qui enquête sur des soupçons de corruption autour de la vente de sous-marins au Pakistan la même année, avait demandé fin novembre au parquet de Paris d'élargir ses investigations à Sarawi II. Comme le contrat pakistanais Agosta, Sarawi II a été conclu en 1994 par le gouvernement d'Edouard Balladur. Il prévoyait la vente de frégates Lafayette pour environ 2,9 milliards d'euros. Et comme pour Agosta, la transaction a donné lieu, selon plusieurs témoignages recueillis par le juge, à d'importantes commissions, ce qui était encore légal à l'époque. Le juge aimerait donc savoir si ces commissions ont

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant