Enquête sur l'agence d'État qui dépossède les voyous 

le
0
Depuis quelques semaines, ces experts gèrent l'intégralité des avoirs criminels saisis en France. Un pactole de plus de 232 millions d'euros par an.

«Agence de recouvrement et de gestion des avoirs saisis et confisqués (Agrasc)». La plaque, fraîchement vissée, se distingue à peine sur la façade années 30 d'une immense annexe des services du premier ministre, à deux pas de l'Unesco, dans le VIIe arrondissement de Paris. Ces locaux un brin austères abritent le pire cauchemar des voyous d'envergure : une dizaine de magistrats, de gendarmes, de policiers, de douaniers, d'agents du fisc, et même bientôt vingt, qui s'appliquent méthodiquement à les déposséder de leurs biens mal acquis. Autant dire de l'essentiel, à leurs yeux. Élisabeth Pelsez, magistrate chevronnée, dirige cette structure inédite, placée sous la tutelle conjointe du garde des Sceaux, Michel Mercier, et de François Baroin, à Bercy. Cette agence n'avait encore jamais ouvert ses portes.

À l'heure où la France part en vacances, ces «incorruptibles» croulent déjà sous les dossiers : 2000 affaires enregistrées en seulement trois mois pour p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant