Enquête préliminaire sur la cession du Printemps

le
0
UNE ENQUÊTE PRÉLIMINAIRE SUR LA CESSION DU PRINTEMPS
UNE ENQUÊTE PRÉLIMINAIRE SUR LA CESSION DU PRINTEMPS

PARIS (Reuters) - Le parquet de Paris a ouvert une enquête préliminaire le 28 juin dernier sur la cession du Printemps à des investisseurs qataris, une vente dénoncée par les syndicats du grand magasin parisien, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

L'enquête a été confiée à la brigade financière, a-t-on précisé, confirmant une information du site Mediapart.

La direction du Printemps n'était pas joignable dans l'immédiat pour commenter l'information.

Les syndicats du grand magasin avaient saisi le procureur de la République sur les modalités du rachat du groupe de grands magasins par des investisseurs qataris.

Un "signalement de faits" avait été déposé auprès du procureur le 21 mai, avait précisé Bernard Demarcq, porte-parole de l'intersyndicale, dénonçant un montage financier opaque et divers commissionnements jugés exorbitants.

Du côté du Printemps, une porte-parole indiquait que "le groupe considère avoir agi dans le cadre de la loi et en toute transparence".

Parallèlement, les représentants de l'intersyndicale ont déposé une assignation en référé pour défaut d'information devant le tribunal de grande instance de Paris.

À la suite de l'audience qui s'est tenue le 2 juillet, la magistrate a indiqué que le jugement serait rendu le 8 août, précise le site d'informations Mediapart.

L'intersyndicale a également transmis le dossier aux ministères de la Justice et du Redressement productif.

Les syndicats, qui jugent opaque la procédure de cession et qui craignent des suppressions d'emploi, souhaitent la suspension ou l'annulation de la procédure de consultation des salariés ainsi que la suspension du projet de cession lui-même.

Deutsche Bank et l'homme d'affaires italien Maurizio Borletti ont bouclé la vente du Printemps à des investisseurs qataris pour 1,75 milliard d'euros, a dit à Reuters une source proche de la transaction.

Cette dernière avait été annoncée en mars par Reuters.

Deutsche Bank, dont la filiale Rreef détient 70% de l'enseigne française, a confirmé la cession du Printemps à Divine Investments mais a refusé d'en commenter le prix.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant