Enquête préliminaire en France sur le scandale du Libor

le
0

PARIS (Reuters) - Une enquête préliminaire a été ouverte fin septembre par le parquet de Paris en lien avec les soupçons de manipulation des taux interbancaires Libor, a-t-on appris lundi de source judiciaire.

Cette procédure fait suite à celles déjà lancées en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, où 16 banques au total ont été citées à comparaître par la justice américaine, dont la Société générale.

Une source bancaire française a toutefois précisé à Reuters que la Société générale avait reçu de "nouvelles demandes (d'informations) de la part des autorités réglementaires" et qu'il ne s'agissait pas d'une assignation à proprement parler.

L'enquête - menée conjointement par les services du procureur de l'Etat de New York Eric Schneidermann et ceux du procureur du Connecticut George Jepsen - est conduite parallèlement à plusieurs autres procédures en Europe.

Toutes portent sur des soupçons de manipulation au profit des banques des taux Libor, utilisés quotidiennement pour fixer les prix de milliers de milliards d'euros de produits financiers dans le monde entier.

Selon Europe 1, qui a révélé l'enquête française, les investigations menées par la brigade financière font suite à la plainte contre X déposée fin juillet par un actionnaire de la Société générale.

Début septembre, le PDG de la banque avait déclaré que la Société générale coopérait avec les autorités américaines chargées de l'enquête tout en poursuivant son enquête interne.

Au Royaume-Uni, le scandale du Libor a valu à Barclays une amende record de 453 millions de dollars (361 millions d'euros) versés en juin aux autorités britanniques et américaines.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant