Enquête pour fraude fiscale contre Ziad Takieddine

le
0

PARIS (Reuters) - Une information judiciaire pour fraude fiscale a été ouverte le 20 juillet en France contre l'homme d'affaires Ziad Takieddine, intermédiaire dans des contrats d'armement et poursuivi dans l'enquête sur une présumée corruption lors de la campagne présidentielle de 1995, a-t-on appris mardi au parquet de Paris.

La procédure, qui vise aussi son ex-épouse Nicola Johnson, fait suite à deux plaintes de l'administration fiscale pour minoration des déclarations de revenus et non-déclaration au titre de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF).

Ziad Takieddine est un proche du secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, ministre du Budget de 2004 à 2007, qui a admis en septembre dernier s'être fait payer des vacances par Ziad Takieddine au début des années 2000, tout en contestant toute implication dans les malversations qui lui sont prêtées.

Le parquet de Paris a ouvert l'information judiciaire après huit mois d'une enquête préliminaire menée sous son contrôle. Les juges d'instruction désignés, Renaud Van Ruymbeke et Roger Le Loire, auront des pouvoirs d'investigation plus larges et pourront déclencher des poursuites par des mises en examen.

Le fisc, qui a porté plainte après des articles de presse, vise la période 2007-2009, où Ziad Takieddine déclarait ses revenus avec Nicola Johnson, puis la période 2009-2011, après leur divorce, où il déclarait ses revenus seul.

Selon plusieurs médias, Ziad Takieddine, proche de plusieurs personnalités de la majorité, n'a pas payé d'impôts depuis 2002, alors qu'il détiendrait une fortune considérable.

Ziad Takieddine est mis en examen dans le dossier portant sur une éventuelle corruption en 1993-1995 au profit de la campagne présidentielle d'Edouard Balladur, dont Nicolas Sarkozy était le porte-parole.

L'homme d'affaires franco-libanais est soupçonné d'avoir organisé le retour en France d'une partie de commissions légales convenues en marge de la vente de sous-marins au Pakistan (84 millions d'euros) et de frégates à l'Arabie saoudite (200 millions d'euros) dans les années 1990.

Onze Français travaillant sur le contrat pakistanais ont été tués dans un attentat en mai 2002 à Karachi et un lien avec la corruption est envisagé.

Ziad Takieddine vient de déposer plainte pour "atteinte aux libertés" contre le juge Van Ruymbeke, à qui il reproche notamment d'avoir saisi ses comptes bancaires et la totalité de ses biens français.

Thierry Lévêque, édité par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant