Enquête : les drôles de pratiques de la Fondation Assistance aux animaux

le , mis à jour à 07:29
1
Enquête : les drôles de pratiques de la Fondation Assistance aux animaux
Enquête : les drôles de pratiques de la Fondation Assistance aux animaux

Sur le papier, on en miaulerait presque d'admiration. Créée en 1930, estampillée « d'utilité publique » depuis 1989, la Fondation Assistance aux animaux (FAA) recueille chats et chiens victimes de mauvais traitements, soigne gratuitement les animaux dont les propriétaires sont dans le besoin, les héberge dans des « maisons de retraite » — ces « havres de paix » qui permettent de surmonter le choc du départ de leur maître. Chaque année, la FAA reçoit entre 10 et 16 M€ de dons et de legs. En échange, les 65 000 donateurs annoncés sur le site peuvent déduire 66 % de leurs dons de leur impôt sur le revenu.

 

Au vu de l'orage qui s'annonce, cette manne financière risque pourtant de se tarir. A la suite du signalement d'un ancien salarié, la Cour des comptes mais aussi le fisc ont lancé voilà près d'un an des investigations approfondies sur cette Fondation, qui ne met en ligne aucun rapport financier, et ont levé des lièvres. Les soins gratuits, marque de fabrique de la FAA ? Quasi introuvables dans les dispensaires. Ce qui n'a pas manqué d'irriter l'ordre des vétérinaires, parti en guerre. L'énorme patrimoine immobilier issu des legs ou acheté grâce aux dons ? Certains appartements sont occupés par des salariés, voire par des enfants d'administrateurs. Quant au siège social, officiellement basé avenue de la République, à Paris, au-dessus d'un dispensaire fatigué, il est en réalité sis dans le parc du château de Versailles, à la suite d'un rocambolesque accord passé il y a plus de vingt ans ! « C'est sûr que, pour faire miséreux et recueillir des dons, Versailles, ça passe mal », ironise un salarié.

 

Elle risque de perdre son agrément fiscal

 

Estimant que la gestion de la FAA, plus proche du commercial que de l'humanitaire, « n'est pas désintéressée », le fisc, qui n'a pas encore livré son verdict final, militerait pour que cette Fondation soit assujettie à l'impôt sur les sociétés et à la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

 

Droit de réponse de la Fondation Assistance aux Animaux (FAA) :

Eu égard à son statut, il est normal que la Fondation Assistance aux Animaux soit régulièrement contrôlée, comme le sont toutes les autres fondations faisant appel à la générosité du public.

Les contrôles n'étant pas achevés, ils ne sauraient donner lieu à des commentaires et conclusions.

Par ailleurs, la Fondation confirme la gratuité des actes réalisés par les vétérinaires au sein de ses dispensaires pour les personnes démunies.

Seule une participation libre aux frais annexes, toujours modeste, est demandée à ceux qui le peuvent.

En outre, c'est sur recommandations du Ministère de l'Economie et des Finances et avec l'accord de ses trois autres ministères de tutelle (Intérieur, Agriculture, Ecologie), que le Conseil d'administration a doté la Fondation d'un patrimoine immobilier.

En bon gestionnaire, elle a privilégié des placements immobiliers sûrs permettant de financer ses missions de protection de la cause animale.

Enfin, la Fondation a installé à Versailles une ferme éducative de plusieurs hectares et des bureaux administratifs.

Son siège social est, quant à lui, resté à Paris, ce qui n'a rien d'anormal ou illicite. Il s'agit de son domicile juridique qui peut différer des établissements dans lesquels elle exerce ses activités.

La volonté des donateurs a toujours été scrupuleusement respectée; la finalité de toutes les décisions prises par la Fondation est de financer des actions au seul bénéfice de la cause animale.

 

Hollande hué au Salon de l'Agriculture : Valls excuse une forme de «catharsis»29 février : une bonne affaire pour l'économie

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jmlhomme il y a 9 mois

    investiguez sur chaque fondation.....c'est toujours pareil. Creusez La Croix Rouge ...pareil..... creusez la fondation de France. C'est la dérive de tous les systemes . Tous les riches commencent par créer une fondation ( le paradis fiscal) c'est vrai partout ....regarder les "stiftung" Suisses ou allemandes .....