ENQUÊTE-Le dollar soutenu par son statut de valeur-refuge après le Brexit

le
0
    * Le détail des prévisions: reuters://realtime/verb=Open/url=cpurl://apps.cp./Apps/fx-polls?RIC=EUR= 
    * La demande de dollar compensera l'attentisme de la Fed 
    * L'euro attendu à $1,08 dans trois mois, $1,07 dans un an 
    * Le scénario d'une baisse du yen toujours privilégié 
    * Baisse de taux de la BoE avant septembre 
    * Le sterling devrait se déprécier encore, vu à $1,27 dans 
un an 
 
    par Rahul Karunakar 
    5 juillet (Reuters) - Le dollar s'appréciera au cours des 
douze prochains mois, bénéficiant de son statut de valeur-refuge 
après la décision d'une majorité de Britanniques de quitter 
l'Union européenne qui a pourtant éloigné encore la perspective 
d'un nouveau relèvement des taux directeurs par la Réserve 
fédérale, montre une enquête mensuelle réalisée par Reuters 
auprès de prévisionnistes.  
    Le Brexit a renforcé la probabilité d'assouplissements 
monétaires supplémentaires par de grandes banques centrales afin 
d'éviter un risque de ralentissement de la croissance mondiale,  
dont de nombreux économistes estiment qu'il pourrait conduire la 
Fed à renoncer à toute hausse de taux cette année. 
    Le résultat du référendum du 23 juin a entraîné un 
décrochage de la livre sterling, tombée mardi à un plus bas de 
31 ans et profité aux traditionnelles valeurs-refuges comme 
l'or, certaines autres devises - dollar, yen et franc suisse - 
mais aussi les emprunts d'Etat. 
    L'enquête conduite auprès de 70 stratèges sur les changes 
donne des conclusions comparables à celles tirées du 
positionnement des investisseurs sur les marchés dérivés où ils 
ont renforcé leurs paris à la hausse du dollar contre l'euro et 
le sterling.  
    "Les conséquences du référendum sur le Brexit tiennent le 
marché des changes en haleine. L'incertitude après le vote en 
faveur du Brexit jette aussi un doute sur l'action à venir de la 
Fed", écrit Ulrich Leuchtmann, responsable de la recherche sur 
les changes de Commerzbank.  
    "Les marchés financiers ont désormais exclu des hausses de 
taux de la Fed dans un avenir prévisible, ce qui est pour 
l'instant compensé sur le marché des changes par la demande de 
dollar pour sa dimension de valeur-refuge." 
    La médiane des prévisions des stratèges interrogés donne 
l'euro à 1,10 dollar dans un mois contre 1,1130 mardi, puis à 
1,08 dans trois mois et 1,07 dans un an.  
    Ces anticipations sont les plus basses depuis mars et le 
nombre de stratèges qui s'attendent à un affaiblissement de la 
monnaie unique européenne a augmenté par rapport à l'enquête du 
mois dernier, ce qui reflète les attentes d'un nouvel 
assouplissement monétaire par la Banque centrale européenne.  
    La hausse du yen, qui s'est apprécié de près de 15% contre 
le dollar depuis le début de cette année, nourrit aussi les 
spéculations sur de nouvelles mesures d'accommodation monétaire 
par la Banque du Japon.  
    Le yen qui s'apprécie généralement dans les périodes de 
turbulences sur les marchés financiers pourrait se renforcer 
encore en cas de regain de l'aversion au risque.  
    Pourtant, les experts interrogés s'en tiennent à leur 
scénario d'un affaiblissement de la monnaie nipponne, 
principalement en raison de leur optimisme sur le dollar.  
    La devise japonaise, qui s'échange à 101,9 pour un dollar 
mardi, se déprécierait à 103,0 dans trois mois, puis 105 dans 
six mois et 108 dans un an.  
    Le vote en faveur du Brexit a bouleversé les prévisions sur 
la livre et les taux britanniques, une baisse des taux, d'un 
quart de point à 0,25%, par la Banque d'Angleterre (BoE) d'ici 
septembre étant désormais attendue. La plupart des économistes 
interrogés par Reuters pensent que le taux d'intervention de la 
BoE restera à 0,25% jusqu'à la fin de 2017.      
    Le sterling devrait poursuivre sa glissade jusqu'à 1,27 
dollar dans un an contre 1,31 dollar mardi. Les prévisions 
s'inscrivent dans une fourchette très large, de 1,07 à 1,57 
dollar à un an, illustrant les risques liés au Brexit.  
    Une large majorité de prévisionnistes (49 sur 54) 
n'anticipent pas que le Brexit débouche sur une nouvelle crise 
financière internationale.  
    "C'est certainement beaucoup plus probable", prévient 
toutefois Foged Schmidt, analyste de Jyske Bank.  
    "Le Brexit, c'est une première étape. D'autres étapes vers 
la crise ne sont en rien certaines mais plus nous avançons vers 
le pire, plus la probabilité d'une crise de plus grande ampleur 
se renforce. Pour l'instant, cela n'est pas notre scénario 
central, mais simplement un scénario risqué qui est devenu 
beaucoup plus vraisemblable." 
     
 
 (Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid 
Exbrayat) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant