Enquête judiciaire sur l'amiante de la tour Montparnasse

le
2
ENQUÊTE JUDICIAIRE SUR L'AMIANTE DE LA TOUR MONTPARNASSE
ENQUÊTE JUDICIAIRE SUR L'AMIANTE DE LA TOUR MONTPARNASSE

PARIS (Reuters) - Deux juges d'instruction du pôle santé publique de Paris ont été chargés d'enquêter sur les dépassements du seuil d'amiante dans la Tour Montparnasse, où travaillent 5.000 personnes, a-t-on appris vendredi de source judiciaire.

Une information judiciaire pour "mise en danger de la vie d'autrui" a été ouverte début octobre à la suite d'un signalement de l'inspection du travail, a-t-on précisé.

L'ensemble immobilier de la Tour Maine-Montparnasse (EITMM) mène depuis 2005 des travaux de désamiantage mais la pollution n'a pas été totalement éliminée.

Le seuil réglementaire de 5 fibres d'amiante par litre d'air avait été ainsi dépassé les 27 et 28 juin sur huit étages.

La préfecture de police de Paris avait menacé cet été de faire évacuer les locaux si le seuil réglementaire d'exposition à l'amiante devait être de nouveau dépassé.

Selon elle, au moins 72 dépassements ont été constatés depuis novembre 2009.

Des juges d'instruction spécialisés ont été désignés en raison de la complexité des investigations visant à comprendre les causes de ces dépassements et l'éventuelle responsabilité des syndicats de propriétaires.

Bien que certaines entreprises aient provisoirement déménagé par sécurité, la copropriété s'était voulue rassurante en août dernier, excluant une évacuation globale.

Elle a assuré dans un communiqué que le chantier de désamiantage touchait à sa fin et qu'il était "transparent, strictement conforme à la réglementation et sous contrôle permanent".

Elle précisait que les travaux ont été interrompus dès qu'a été constatée la pollution fin juin et que sur six sociétés concernées, deux ont pris la décision d'évacuer par précaution leurs salariés.

La préfecture de police de Paris a pris pour sa part en août un arrêté imposant un renforcement des mesures de prévention et de protection.

Les copropriétaires de l'EITMM, qui comprend la tour elle-même, un centre commercial et une plus petite tour, devaient faire réaliser d'ici la fin de l'année une expertise pour connaître l'origine des contaminations constatées fin juin.

Ils ont été priés de faire effectuer des mesures régulières et procéder "à une évacuation des locaux concernés dès le franchissement du seuil de 5 fibres par litre d'air."

Produit isolant utilisé dans le bâtiment, mais cancérigène, l'amiante a été interdit en 1997 et pourrait provoquer des dizaines de milliers de décès d'ici à 2025.

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7155501 le vendredi 8 nov 2013 à 16:13

    Certes la santé n'a pas de prix mais décidément ça fait 40 ans qu'on s'acharne contre cette tour quelles qu'en soient les raisons...

  • lm123457 le vendredi 8 nov 2013 à 14:34

    Et Allègre qui soutenait que l'amiante n'avait aucun risque ... Il est tellement "pour la Science" (de façon justement très religieuse) qu'il raconte n'importe quoi. Comme pour les OGM.