ENQUÊTE-Gestion-Haro sur les actifs britanniques dans les allocations

le
0
    * Les données détaillées de l'enquête : 
    * reuters://realtime/verb=Open/url=cpurl://apps.cp./Apps/asset-allocation-polls 
 
    LONDRES, 31 août (Reuters) - Les gérants d'actifs européens 
ont réduit leur exposition sur les actions britanniques à un 
plus bas de près de deux ans au profit des actifs émergents et 
leurs homologues britanniques ne sont pas en reste en ramenant 
leur poids à un plus bas d'un an dans leurs portefeuilles et les 
gilts à un plus bas de cinq ans.  
    Une enquête conduite par Reuters auprès de 17 gérants et 
responsable des investissements de fonds européens entre le 16 
et le 30 août montre qu'ils ont maintenu la part des actions à 
41,3% tout en augmentant la part des liquidités à 6,8% dans 
leurs portefeuilles. Le poids des obligations a en revanche 
diminué à 42,8% contre 43,2% un  mois auparavant, sous l'effet 
de taux d'intérêt ultra-bas voire négatifs.  
    Les rendements obligataires sont tombés à des plus bas 
records avec les craintes de récession liées au vote britannique 
en faveur d'une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne 
(Brexit) et plus de 11.000 milliards de dollars d'encours de 
dettes souveraines affichent désormais des rendements négatifs, 
selon des agences de notation.  
    "Le risque politique devrait être l'une des principales 
sources de volatilité avec l'élection présidentielle américaine 
et le vote en faveur du Brexit qui se traduit par une forte 
incertitude et des implications économiques pour l'Angleterre, 
l'Union européenne et au-delà", a dit Boris Willems, stratégiste 
d'UBS Asset Management.  
    Les investisseurs ont ramené la part des actions 
britanniques à 6,6%, au plus bas depuis octobre 2014, montre 
l'enquête, qui fait aussi apparaître un recul de la pondération 
des actions de la zone euro dans les portefeuilles actions à 
33,7% contre 35,6%.  
    Si le poids des actions américaines a légèrement remonté par 
rapport au mois précédent à 37,5%, ce sont surtout les actions 
émergentes qui ont bénéficié des réallocations de portefeuilles. 
    "Dans la phase actuelle, les marchés émergents peuvent 
offrir des opportunités plus attractives que les marchés 
développés aussi bien sur l'obligataire que sur les actions", a 
dit Matteo Germano, responsable des investissements diversifiés 
de Pioneer.  
    Les gestionnaires britanniques ont continué de réduire leur 
exposition aux actifs britanniques en réponse aux conséquences 
du vote du 23 juin en faveur du Brexit.  
    La part des actions britanniques dans leurs portefeuilles 
actions a reculé de près de 4 points de pourcentage en août à 
22,9%, au plus bas depuis août 2015. Dans leurs portefeuilles 
obligataires, ils ont ramené la part des gilts à 23%, au plus 
bas depuis août 2011.  
    
 
 (Karin Strohecker et Claire Milhench; Marc Joanny pour le 
service français, édité par Patrick Vignal) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux