Enquête de l'Onu sur l'attaque d'un convoi près d'Alep

le , mis à jour à 19:56
1
 (Précise que les enquêteurs ne sont pas encore sur place) 
    GENEVE, 18 novembre (Reuters) - L'attaque d'un convoi 
humanitaire le 19 septembre près d'Alep, dans le nord de la 
Syrie, pourra être portée devant le Conseil de sécurité des 
Nations unies si ses auteurs sont identifiés, a déclaré vendredi 
le secrétaire général adjoint de l'Onu, Jan Eliasson. 
    Ce convoi des Nations unies a été pris pour cible quelques 
heures après l'annonce par l'armée syrienne de la fin d'une 
trêve négociée dans le cadre d'un accord entre la Russie et les 
Etats-Unis. 
    Selon Washington, cette attaque est sans doute imputable à 
deux avions russes qui ont attaqué le convoi, tuant 20 personnes 
et détruisant un entrepôt et 18 camions. La Russie a démenti 
toute responsabilité dans cette attaque et a signalé la présence 
d'un drone américain de type Predator dans la zone. 
    "Nous avons une équipe de trois enquêteurs", a déclaré Jan 
Eliasson lors d'une conférence de presse à Genève. "Nous savons 
qu'il s'agit d'une mission difficile parce qu'elle a lieu dans 
un territoire très difficile d'accès. Nous savons qu'il peut y 
avoir des manipulations de preuves, que des preuves peuvent 
disparaître", a-t-il souligné. 
    Une porte-parole de l'Onu, Alessandra Vellucci, a précisé 
par la suite que l'équipe d'enquêteurs était composée de cinq 
personnes et qu'ils seraient sur place sous peu. 
    L'Onu espère qu'ils pourront recueillir des éléments solides 
sur ce qui constitue, a estimé Jan Eliasson, un crime de guerre 
afin de le porter devant le Conseil de sécurité. "Nous espérons 
qu'ils réuniront suffisamment d'informations pour qu'un dossier 
solide soit présenté aussi vite que possible." 
    Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité - Chine, 
Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie - disposent tous 
d'un droit de veto, leur permettant de bloquer un transfert du 
dossier devant la Cour pénale internationale. 
 
 (Stephanie Nebehay, Henri-Pierre André et Nicolas Delame pour 
le service français, édité par Gilles Trequesser) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • TITI0107 il y a 7 mois

    Bon bah je vois pas l'interet d'enqueter, vu que les 5 seuls pays susceptibles d'etre a la base de cette attaque ont tous un droit de veto ^^