Enquête contre Minute pour sa "une" sur Christiane Taubira

le
15
LE PARQUET OUVRE UNE ENQUÊTE CONTRE MINUTE
LE PARQUET OUVRE UNE ENQUÊTE CONTRE MINUTE

PARIS (Reuters) - Une enquête pour injure publique à caractère racial a été ouverte mercredi à la demande du Premier ministre contre l'hebdomadaire d'extrême droite Minute, qui a publié une première page raciste visant la ministre de la Justice.

Lors des questions d'actualité à l'Assemblée nationale, où cette nouvelle attaque visant Christiane Taubira a créé une vive émotion dans la majorité et dans l'opposition, Jean-Marc Ayrault a assuré la Garde des Sceaux de sa solidarité.

"Une parution comme celle-là, ce n'est pas de l'information c'est une infraction et cette infraction appelle une sanction", a déclaré le chef du gouvernement, qui a qualifié la "une" de Minute de "lamentable".

Alors que l'élue de Guyane n'a pas souhaité porter plainte, il a souligné qu'il était de son devoir de saisir le procureur de la République de Paris et rappelé que le racisme n'était "pas une opinion" mais un délit puni par la loi.

"Les auteurs de tous ces actes n'ont pas leur place dans les médias mais devant les tribunaux", a insisté Jean-Marc Ayrault. "Ma première mission c'est de faire respecter la loi et pour l'accomplir (...) ma main ne tremblera pas."

Sous le titre "Maligne comme un singe, Taubira retrouve la banane", Minute publie une photo de la ministre en pleine page.

Le parquet de Paris a confié une enquête préliminaire à la Brigade de répression de la délinquance sur la personne (BRDP).

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, avait évoqué mardi un possible blocage de la diffusion du titre.

Christiane Taubira estime pour sa part que réagir d'une manière ou d'une autre n'aurait pour résultat que de donner plus de visibilité à la couverture de Minute, selon son entourage.

Elle s'est d'ailleurs refusée à tout commentaire à sa sortie du conseil des ministres et à l'Assemblée.

UN CAS SIMILAIRE EN ITALIE

Le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) a en revanche annoncé, après SOS racisme, son intention de porter plainte pour injure raciste et provocation à la haine raciale - "Jamais depuis de nombreuses années, nous n'avions assisté à un tel déchaînement de haine raciste !"

Il fait référence à de récentes attaques contre Christiane Taubira, comparée à un singe sur la page Facebook d'une candidate du Front national aux élections municipales, exclue depuis lors. La ministre a aussi été traitée de "guenon" par des enfants lors d'une manifestation contre le mariage gay.

Cette campagne rappelle celle visant en Italie la ministre de l'Intégration Cécile Kyenge, originaire de République démocratique du Congo, cible d'insultes à caractère raciste et de menaces depuis sa nomination en avril.

En juillet, elle prononçait un discours à Cervia, au centre de l'Italie, quand un spectateur a lancé des bananes vers la tribune, la manquant de peu. Plusieurs élus de la Ligue du Nord, mouvement populiste italien, l'ont traitée de singe.

Christiane Taubira avait dénoncé, dans une tribune publiée par Libération mercredi dernier, les insultes la visant.

Elle avait été soutenue par le président François Hollande, par Jean-Marc Ayrault, qui avait déjà appelé mardi à un sursaut républicain, et par l'ensemble de la majorité et du centre.

Les réactions indignées contre des propos "honteux" et "nauséabonds" se sont multipliées, en particulier sur Twitter, réseau social sur lequel Harlem Désir, Premier secrétaire du Parti socialiste, a réclamé la saisie du numéro de Minute.

A droite, l'ex-ministre UMP de la Justice, Rachida Dati, a dénoncé les "publications odieuses" contre Christiane Taubira.

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a également critiqué l'hebdomadaire qui avait fait campagne contre elle lors de la succession de Jean-Marie Le Pen à la tête du FN et avait fait sa couverture sur un supposé lobby gay dans le parti.

"Je suis heureuse de me faire cracher dessus chaque semaine par 'Minute' quand je vois ce que c'est devenu" le titre a-t-elle écrit sur son compte Twitter.

Gérard Bon et Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • deligne le mercredi 13 nov 2013 à 19:26

    sont-ils d'extrême droite ou racistes ? Ne faudrait-il pas porter plainte également ou pour ce peuple (que je respecte profondément) ce n'est pas pareil : https://www.youtube.com/watch?v=9IiB850OC_I

  • deligne le mercredi 13 nov 2013 à 19:17

    C'est de l'humour. Coluche en son temps en sortait également des bien bonnes et jamais on ne l'a traité de raciste. De toute manière aujourd'hui : t'es blanc, tu l'ouvres, t'es raciste.

  • dupon666 le mercredi 13 nov 2013 à 18:27

    lol..oui les manants doivent baisser la tete

  • ZvR le mercredi 13 nov 2013 à 18:07

    Le crime de lèse majesté doit être réprimé avec la plus extrêmes fermeté, sinon les vilains vont se croire tout permis.

  • dupon666 le mercredi 13 nov 2013 à 17:52

    une enquete ça permet de gagner du temps et de passer à autre chose......c'est comme une commission mais en plus light

  • gnapi le mercredi 13 nov 2013 à 17:50

    Donc les pro de l'indignation lance une commission d'enquête qui donnera, au mieux, ses conclusions bien après la vente du magazine incriminé. LA belle affaire. Et pas dit que l'on diffuse les conclusions s'il s'avère que ce n'est pas plus condamnable que les satires du canard enchainé ou de charlie hebdo.

  • gnapi le mercredi 13 nov 2013 à 17:49

    Pourquoi une enquête ?Soit c'est illégal, comme le dit le Premier Minsitre lui-même. Et dans ce cas le journal est condamné.Soit cela ne l'est pas. Le mauvais goût n'est pas toujours légalement condamnable ... sinon nombre de ministres ou de sénateurs n'aurait pas leur place dans les fonctions qu'ils occupent.

  • charleco le mercredi 13 nov 2013 à 17:39

    Supposez qu'on dise : Ayraut, malin comme un singe, a retrouvé la banane. Qu'y aurait-il à dire sinon qu'Ayraut n'est pas très malin et que pour la banane, ça demande à voir. Qu'on nous fiche la paix avec cette chasse au rat cisme continuelle, qu'on nous laisse vivre et rigoler, mer de!

  • M3182284 le mercredi 13 nov 2013 à 17:10

    l'asymétrie de l'indignation est le premier vecteur du racisme. Le laisser faire du premier ministre face aux actes gravissimes commis par la communauté africaine en France est la première cause des dérives verbales tellement commentées aujourd'hui. Traiter l'ancien président de nain fait rire tout le monde par contre. Deux poids deux mesures=racisme exacerbé

  • charleco le mercredi 13 nov 2013 à 13:52

    On ne peut plus rien dire ni rien faire, tellement il y a de lois et d'interdictions. Nous entrons dans l'ère totalitaire du socialisme français, l'union soviétique à la française. Et les médias en rajoutent et remuent la m e r d e. cela commence à sentir vraiment mauvais. De l'air, s'il vous plaît!