Enquête : ce mal étrange qui ronge les anciens d'Albion

le
3
Enquête : ce mal étrange qui ronge les anciens d'Albion
Enquête : ce mal étrange qui ronge les anciens d'Albion

C'est un mal insidieux qui les ronge. Un mal dont les prémices remontent entre 1971 et 1996, aux confins de la Drôme et du Vaucluse, et qui pourrait toucher, selon notre enquête, plusieurs dizaines de militaires. Tous souffrent de formes rares de cancer. Ils ont en commun d'avoir été en poste au plateau d'Albion, 800 ha non loin du mont Ventoux, où 18 zones de lancement ultrasecrètes accueillaient les missiles nucléaires SSBS alors pointés vers le bloc de l'Est. Parmi ces cas que nous avons pu identifier, deux font désormais l'objet d'une procédure en justice. Une démarche longue et incertaine. Depuis 2003, Leny Paris, ancien commando de l'air, se bat, sans succès, afin de faire reconnaître que la nécrose des os dont il souffre est la conséquence d'une irradiation sur le plateau, où il a passé un an à veiller sur les têtes nucléaires.

Des cas troublants

Une mise en cause balayée par l'armée. Si cette dernière reconnaît avoir reçu « quelques demandes de passés radiologiques » de la part d'anciens d'Albion, elle dément toute « dose significative de radioactivité pouvant avoir un impact sur la santé ». Le ministère s'appuie notamment sur « les études menées sur le site, qui ont montré que son fonctionnement n'avait entraîné aucune contamination radioactive, et qu'il n'existait aucun risque d'exposition externe. »

Des traces de radioactivité ont pourtant été relevées sur place, mais pour la Défense, elles « ne mettent en évidence que des radioéléments qui proviennent soit d'origine naturelle, soit des retombées des essais nucléaires de 1950 et de la catastrophe de Tchernobyl. »

Un autre dossier met en lumière celui de ces irradiés d'Albion. Les anciens de l'île Longue (Finistère), qui travaillaient eux aussi aux côtés des têtes nucléaires, celles des sous-marins, se sont constitués en association. Plusieurs sont décédés de maladies radio-induites, reconnues comme professionnelles ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 le lundi 21 avr 2014 à 10:20

    Et encore, EDF a les mêmes problèmes pour ses centrales mais car quelques années, ce ne sont plus ses "agents" qui interviennent dans les centrales nucléaires mais des sous traitants d'abord français puis maintenant et parce qu'ils ne parlent pas aux journalistes des cars entiers de russes, ukrainiens ou kosovars très vite réexpédiés dans leur pays avec le billet...et le cancer sous 10 ans. UNE HONTE

  • frk987 le lundi 21 avr 2014 à 09:45

    +1 Pienegro

  • Pienegro le lundi 21 avr 2014 à 08:01

    Quel est ce pays qui décline sa responsabilité sur ses enfants qui le servent mais qui par contre paye des alloc à tout va aux immigrés qui nous dénigrent, nous polluent la vie et sacagent notre pays sans le moindre respect.....J'ai honte d'être français