Enquête à venir sur les violences sexuelles dans l'armée

le
2
ENQUÊTE À VENIR SUR LES VIOLENCES SEXUELLES DANS L'ARMÉE
ENQUÊTE À VENIR SUR LES VIOLENCES SEXUELLES DANS L'ARMÉE

par Marine Pennetier

PARIS (Reuters) - Une enquête interne va être ouverte sur les violences sexuelles et les cas de harcèlement commis au sein des forces armées françaises, a annoncé jeudi le ministère de la Défense, à l'heure où paraît un livre sur ce phénomène.

Dans "La Guerre invisible", les journalistes Leila Minano et Julia Pascual se penchent sur la situation des femmes militaires françaises dont certaines ont accepté de briser "l'omerta" qui régnerait au sein des armées sur les cas de violences sexuelles, de harcèlements et de discriminations.

Avec 15% de femmes, l'armée française est la plus féminisée d'Europe, devant celles de la Grande-Bretagne et de l'Allemagne.

Le titre choisi par les deux journalistes est un hommage revendiqué au documentaire américain "The Invisible War", dont les révélations sur l'ampleur des viols perpétrés au sein de l'armée américaine avaient provoqué en 2012 une onde de choc et conduit l'administration américaine à s'exprimer sur le sujet.

Au ministère français de la Défense, on indiquait jeudi ne pas être surpris par le contenu du livre.

"Nous avons un contenu équivalent qui est arrivé sur le bureau du ministre la semaine dernière", dit le porte-parole du ministère, Pierre Bayle, faisant référence au rapport classifié du contrôleur général des armées, Gilles Chevalier, portant sur l'égalité des hommes et des femmes au sein de la Défense.

"La plupart des faits cités dans le livre sont des cas qui ont été portés à la connaissance de la justice par l'autorité militaire comme cela se fait normalement", ajoute-t-il. "Il y a des cas cités qui ne sont pas remontés à la justice et ce point a été soulevé par Gilles Chevalier dans son rapport qui pointe des remontées insuffisantes".

ENQUÊTE INTERNE

A la suite de ce rapport, le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian a décidé de lancer une enquête conjointe de l'inspection générale et du contrôle général des armées.

"Il leur demande de faire un état des lieux précis, objectif, des situations de harcèlement, discriminations et violences (...) et de formuler d'ici fin mars des recommandations pour un plan d'action vigoureux à mettre en oeuvre sans délai", indique Pierre Bayle.

Dans leur livre, Leila Minano et Julia Pascual évoquent le tabou que constituent encore les violences sexuelles dans l'armée en France contrairement aux Etats-Unis ou d'autres pays européens où, à la suite de révélations de presse, les autorités ont pris une série de mesures, comme par exemple la publication annuelle d'un rapport qui leur est consacré.

Les témoignages des femmes qu'elles ont recueillis brossent le portrait d'une armée où les responsables des violences bénéficient d'une impunité et où les courriers envoyés par des "lanceurs d'alerte" restent la plupart du temps lettre morte.

"C'est faux de dire que le ministère en tant que tel met un couvercle", dit Pierre Bayle. "Maintenant, ce qui est exact ou ce qui est vraisemblable, et c'est pour cela que le ministre veut un rapport pour en avoir le coeur net, c'est qu'il y a des affaires qui ne remontent pas."

"Soit par autocensure, c'est-à-dire par peur des intéressées, ou parce que le commandement des niveaux subalternes ne jouent pas le jeu, c'est ça qu'il s'agit de déterminer avec éventuellement la mise en place de mécanismes permettant de faire remonter les alertes", ajoute-t-il.

A l'heure actuelle, l'ensemble des chefs d'état-major et des directeurs des services sont tenus de faire respecter la tolérance zéro et il est de leur responsabilité de faire remonter l'information et de sanctionner les auteurs, avant de saisir "quand c'est nécessaire" la justice.

"Les cas signalés ne sont peut-être pas la totalité de ce qu'il se passe mais les violences sexuelles ne sont pas quotidiennes, il ne faut pas aller dans l'autre extrême", estime le porte-parole.

(Edité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le jeudi 27 fév 2014 à 16:57

    birmon...je serais moins optimiste que vous ...:-)))

  • birmon le jeudi 27 fév 2014 à 14:56

    Comme partout le harcèlement et les violences, sexuelles ou autres ainsi que les discriminations existent dans les armées françaises. Le Commandement y est très attentif. Beaucoup de progrès ont été réalisés dans ce domaine depuis quarante ans. Il s'agit de cas isolés traités dès les plus petits échelons. l'immense majorité des cadres sont des gens responsables qui savent ce qu'ils ont à faire et dénoncent ce qui doit l'être. Le silence ne concerne que quelques cas isolés.