Ennhada refuse la formation d'un gouvernement tunisien restreint

le
0

TUNIS (Reuters) - Le parti islamiste Ennhada, principale formation politique en Tunisie, a refusé jeudi la dissolution du gouvernement voulue par le Premier ministre Hamadi Jebali, issu de ses rangs, et veut poursuivre les discussions sur un éventuel remaniement.

"Le Premier ministre n'a pas sollicité l'opinion de son parti", a déclaré le vice-président d'Ennhada, Abdelhamid Jelassi

"Nous croyons nous à Ennhada que la Tunisie a besoin aujourd'hui d'un gouvernement politique (...) Nous allons poursuivre les discussions avec les autres partis sur la formation d'un gouvernement de coalition", a-t-il ajouté.

Hamadi Jebali a annoncé mercredi sa décision de former un "gouvernement de compétences nationales" composé de technocrates "n'appartenant à aucun parti et travaillant pour l'intérêt de la Nation".

Il a également promis d'organiser rapidement des élections pour tenter de calmer les violentes manifestations provoquées par l'assassinat du dirigeant de l'opposition laïque Chokri Belaïd.

Hqamadi Jebali est l'un des fondateurs d'Ennhada et demeure son secrétaire général.

Tarek Amara, Pascal Liétout pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant