Ennahda n'a pas fait peur aux «révoltés du jasmin» 

le
0
Les chefs du mouvement sont parvenus à faire oublier les ambiguïtés de leurs discours en promettant de ne pas revenir sur le statut de la femme et de garantir le respect des libertés publiques. Avec une vidéo BFMTV

Les islamo-conservateurs sont en passe de réussir leur pari en apparaissant au lendemain du premier scrutin libre de l'histoire de la Tunisie comme la principale force politique de la patrie de Habib Bourguiba, le raïs qui incitait ses concitoyens à boire un verre d'eau pour soulager la soif pendant le ramadan. Ennahda doit d'abord cette probable victoire à son positionnement. Les électeurs ont placé en toute connaissance de cause un parti s'affichant en tant que mouvement islamiste de tendance modérée.

Dans la famille Ennahda, les hommes et femmes assistent dans des carrés séparés aux réunions publiques, les dames portent le voile, et les meetings commencent toujours par la lecture de versets du Coran. Ces règles qui surprennent dans le plus séculier des pays arabo-musulmans constituent aux yeux des cadres de l'organisation un modèle qu'il s'agit d'élargir. Non par la contrainte, mais par une islamisation par le bas de la société grâce à l'exemple donné dans les

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant