Enlèvements au Nigeria : nouveau rassemblement samedi au Trocadero

le
0
Enlèvements au Nigeria : nouveau rassemblement samedi au Trocadero
Enlèvements au Nigeria : nouveau rassemblement samedi au Trocadero

L'émotion est toujours vive et la mobilisation en faveur des otages nigérianes ne faiblit pas. Un nouveau rassemblement se tiendra ce samedi, pour réclamer la libération des 270 lycéennes enlevées par le groupe islamiste Boko Haram, il y a un mois. La manifestation, ouverte à tous, se tiendra au Trocadéro à Paris, à 15 heures. Ce rassemblement est à l'initiative de l'ex-première dame, Valérie Trierweiler et des réalisatrices Lisa Azuelos, Karine Silla, Yamina Benguigui ainsi que l'ensemble du Comité Bring Back Our Girls, qui avait déjà organisé la «marche de femmes», mardi dernier.

270 adolescentes pour représenter les otages

Pour l'occasion, le comité Bring Back Our Girls a décidé cette fois-ci de rassembler 270 jeunes filles de 15 à 20 ans. «Il s'agit du même nombre que les lycéennes prises en otage, les 270 adolescentes françaises porteront un tee-shirt avec l'inscription Bring Back Our Girls et une pancarte avec le nom de chaque Nigériane enlevée», détaille Sid Rouis, qui était conseiller de l'ex-ministre déléguée chargée des Français de l'étranger, Yamina Benguigui, qui participera à l'initiative. 

Sommet  à l'Elysée des chefs d'Etat sur la sécurité au Nigeria

La date et l'heure du rassemblement ne sont pas choisis au hasard. Au même moment se tiendra un sommet à l'Elysée sur la sécurité au Nigeria. Proposé par François Hollande, la rencontre réunira Jonathan Goodluck, chef d'Etat du Nigeria et plusieurs dirigeants africains, notamment ceux du Tchad, du Cameroun, du Niger et du Bénin. Ensemble, ils aborderont les questions de sécurité dans la région du Nigeria et les actions du groupe islamiste armé Boko Haram. «La date est symbolique, il faut marquer le coup, et montrer que la société civile est toujours mobilisée», explique Sid Rouis.  

Les islamistes de Boko Haram ont enlevé quelque 270 jeunes filles dans un lycée de Chibok, à l'ouest du Nigeria, il y a un mois. En échange ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant