Enlèvement de trois Israéliens: le hashtag #bringbackourboys divise la Toile

le
0
Enlèvement de trois Israéliens: le hashtag #bringbackourboys divise la Toile
Enlèvement de trois Israéliens: le hashtag #bringbackourboys divise la Toile

Après l'enlèvement de trois étudiants israéliens en Cisjordanie, internautes israéliens et palestiniens se sont lancés dans une guerre de communication sur les réseaux sociaux, avec un même hashtag #bringbackourboys ("ramenez nos garçons").Côté israélien, la page Facebook de #bringbackourboys recueillait mercredi près de 100.000 "like", et on pouvait y trouver plusieurs milliers de messages de sympathisants réalisant des selfies aux quatre coins du monde avec des pancartes appelant à la libération des trois jeunes disparus.Les Palestiniens, de leur côté, ont saisi l'occasion pour réclamer la libération des mineurs emprisonnés par Israël.Les trois Israéliens --Eyal Yifrach, 19 ans, originaire d'Elad (Israël), Naftali Frenkel, 16 ans, de Nof Ayalon (Israël), et Gilad Shaer, 16 ans, de la colonie de Talmon, en Cisjordanie-- ont été kidnappés jeudi dernier, alors qu'ils faisaient de l'auto-stop près du bloc de colonies du Gush Etzion, entre les villes palestiniennes de Bethléem et de Hébron. Les autorités israéliennes ont accusé une cellule du mouvement islamiste palestinien Hamas d'être derrière ce rapt.Pour tenter de retrouver les trois jeunes gens, l'armée israélienne a déployé le plus important contingent de forces de sécurité en Cisjordanie occupée depuis la fin de la deuxième Intifada en 2005, sous le nom d'"Opération +Gardien de nos frères+".Les services de communications de l'armée utilisent également désormais le hashtag #bringbackourboys, donnant une plus grande visibilité à cette campagne, qui s'affiche également sur les autobus de Jérusalem.Le hashtag s'inspire du slogan #BringBackOurGirls lancé au Nigeria pour attirer l'attention sur le sort de plus de 200 lycéennes enlevées à la mi-avril par les islamistes de Boko Haram, qui a été repris par Michelle Obama et des centaines de milliers d'anonymes et de célébrités.- Bataille pour l'opinion -"Notre mission c'est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant