Engrais-Le norvégien Yara discute fusion avec CF

le
0

(Actualisé avec réaction du gouvernement norvégien, commentaire d'analyste et cours) OSLO, 23 septembre (Reuters) - Le producteur d'engrais norvégien Yara International YAR.OL a annoncé mardi être en discussions avec le groupe américain CF Industries CF.N en vue d'une éventuelle fusion entre égaux, une opération qui pourrait donner naissance à un géant du secteur dont la valeur de marché dépasserait 27 milliards de dollars (21 milliards d'euros). "Les discussions sont à un stade précoce et il n'y a aucune garantie qu'elles aboutissent à une transaction", a déclaré Yara dans un avis transmis à l'opérateur de la Bourse d'Oslo. Vers 09h30 GMT, le titre s'envolait de près de 7% à Oslo, signant la meilleure performance du Stoxx 600. "C'est une combinaison parfaite. Yara met la main sur une production à bas coûts et CF sur la distribution", estime Per Haagensen, analyste chez RS Platou Markets. Le groupe norvégien a ajouté qu'il avait été contraint de rendre ces pourparlers publics après que l'information eut fuité. Yara, dont la capitalisation atteint 14,8 milliards de dollars, est le premier producteur mondial d'engrais à base de nitrate et concentre ses efforts de croissance sur les marchés américains. De son côté, CF Industries, dont le siège est à Chicago, a une valeur de marché de 12,7 milliards de dollars et produit essentiellement dans le Midwest américain, le Canada, la Grande-Bretagne et à Trinité-et-Tobago. Une fusion entre les deux groupes créerait un géant capable de rivaliser avec le canadien Potash Corporation of Saskatchewan POT.TO , dont la valeur est estimée à 28,9 milliards de dollars. Une telle opération requerrait le feu vert du gouvernement norvégien et éventuellement du parlement, l'Etat détenant 36,2% du capital du groupe, et 5% supplémentaires via le fonds de pension public Folketrygdfondet. "Nous savons que des discussions sont en cours mais nous insistons sur le fait que nous n'avons adopté aucune position sur la question", a déclaré Trond Viken, porte-parole du ministère norvégien du Commerce, de l'Industrie et de la Pêche. Oslo avait déclaré en juin qu'il n'avait pas l'intention de réduire sa participation sous les 34%. (Balazs Koranyi, Mathilde Gardin pour le service français, édité par Benoît van Overstraeten)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant