Engie pourrait s'intéresser au secteur gazier iranien-PDG

le
0

PARIS, 29 juillet (Reuters) - Engie GSZ.PA pourrait s'intéresser au secteur gazier iranien, a déclaré mercredi son PDG Gérard Mestrallet, précisant toutefois que l'énergéticien français serait prudent avant de prendre toute décision d'investissement. Ces déclarations interviennent deux semaines après un accord sur le programme nucléaire iranien qui pourrait déboucher sur des opportunités commerciales pour les entreprises françaises. "Juridiquement, les sanctions ne sont pas encore levées. Néanmoins, rien n'interdit des contacts, et ces contacts nous en avons eu (et) j'ai eu l'occasion de rencontrer depuis deux ans le ministre iranien du Pétrole", a indiqué Gérard Mestrallet lors d'une assemblée générale des actionnaires convoquée pour approuver le changement de nom de GDF Suez. "Quels sont les secteurs qui peuvent nous intéresser? Premièrement, l'Iran possède les secondes plus importantes réserves de gaz au monde après la Russie (...), donc l'Iran va devenir un exportateur de gaz naturel en plus de pétrole", a-t-il souligné. "Le cheminement de ce gaz pour approvisionner l'Europe passera probablement par des canalisations au sud de l'Europe auxquelles nous sommes très attentifs", a ajouté Gérard Mestrallet. Le PDG a également cité de possibles développements pour Engie en Iran dans le domaine de l'ingénierie pour la production d'électricité et pour les infrastructures gazières. (Benjamin Mallet, édité par Dominique Rodriguez)


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant