Engie : la révolution énergétique est en marche

le
3
Engie veut apparaître en pointe dans la lutte contre le changement climatique. En li­gne de mire, un excédent brut d'exploitation constitué à plus de 90% par les profits tirés de ces solutions vertes. (© Engie)
Engie veut apparaître en pointe dans la lutte contre le changement climatique. En li­gne de mire, un excédent brut d'exploitation constitué à plus de 90% par les profits tirés de ces solutions vertes. (© Engie)

Le nouveau cap fixé par Isabelle Kocher, désormais aux commandes du groupe, sera-t-il enfin le bon ? À l’aune du parcours décevant de l’action qui a perdu la moitié de sa valeur depuis la fusion entre GDF et Suez en juillet 2008, sans compter la dilution de 11% du titre sur la période, on mesure à quel point les stratégies appliquées jusqu’à présent ont détruit de la valeur.

Cependant, sur la période, le contexte s’est révélé particulièrement adverse pour l’ensemble du secteur européen de la production électrique : en 2011, la catastrophe de Fukushima au Japon a violemment éclairé les risques portés par la filière nucléaire. En juillet 2014, la chute des cours du pétrole et du gaz a envoyé au tapis les prix du marché de l’électricité.

Enfin, la COP21, conférence mondiale sur le climat qui s’est tenue à Paris en 2015, a souligné l’importance de réduire les émissions de gaz à effet de serre, incitant les entreprises à réduire leur empreinte carbone.

Lesté d’une dette nette de 27,7 milliards d’euros pour un excédent brut d’exploitation de 11,3 milliards d’euros, Engie n’a plus le choix. Le groupe doit relever un à un les nouveaux défis d’une révolution énergéti­que déjà en marche. Les gran­des centrales électriques sont progressivement remplacées par des unités plus petites et décentralisées, tandis que les technologies de stockage et de production à

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dbonn il y a 5 mois

    c'est pas ce que montrait Cash investigation !!!! encore du marketing

  • Cambio17 il y a 5 mois

    Le groupe est trop endetté...

  • 5701726 il y a 5 mois

    Gouvernance: virer Mestrallet, qui en dépit d'un parcours catastrophique (depuis qu'il a remplacé Jérome Monod, en 2000, pas seulement depuis 2008, fusion Suez et GDF ) est toujours là et soutenu par Macron, Royal .... etc car est de gauche. Kocher, pas l'idéal mais ne devrait pas faire moins bien. Pas assez bien entouré" toutefois. Des gens faibles au Codir/Comex.