Enghien soulagé par l'abandon des casinos à Paris

le
0
Enghien soulagé par l'abandon des casinos à Paris
Enghien soulagé par l'abandon des casinos à Paris

C'est un soulagement. La fin d'une longue attente pour la municipalité d'Enghien-les-Bains et les salariés du casino. Hier soir, la décision ne faisait plus guère de doute. Le gouvernement doit se prononcer aujourd'hui contre l'ouverture de casinos à Paris, après avoir reçu les conclusions de la mission de réflexion « pour une nouvelle offre légale de jeux à Paris », confiée en février au préfet Jean-Pierre Duport. Il a donc finalement tranché.

Il serait en revanche favorable à la création de « clubs de jeu » à l'anglaise (très encadrés et réservés à un public plutôt select), soumis à un régime fiscal similaire à celui des casinos. Selon le ministère de l'Intérieur, ces clubs pourraient être opérationnels début 2016. Pourtant, selon les estimations de la mission de réflexion, la création d'un casino dans la capitale permettrait à l'Etat de récupérer 45,6 M€ par an. Mais la maire PS de Paris, Anne Hidalgo, a indiqué à plusieurs reprises qu'elle n'était pas favorable à cette solution, que ce n'était pas sa « tasse de thé ». La chef de file de l'opposition parisienne, Nathalie Kosciusko-Morizet (LR), s'est aussi prononcée contre, accusant la gauche de l'envisager « strictement pour des raisons financières ».

16 M€ tombent chaque année dans l'escarcelle municipale

Et dans le Val-d'Oise, Enghien, seule ville d'Ile-de-France à posséder son casino grâce à son classement en station thermale, était aussi farouchement opposé. Même à des milliers de kilomètres chez lui, hier soir, le maire n'a pas caché sa joie. « Je suis content et soulagé, a confié Philippe Sueur (LR, ex-UMP), en voyage à Oslo. Il semble que les projets soient suspendus pour cinq ans. Ce qui va nous permettre de prendre le temps de repenser la station et son modèle économique. » « Si un casino ouvre à Paris, c'est la mort d'Enghien », lançait-il en avril dernier. Le premier casino de France, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant