Enfin le grand réveil du Dragon chinois ?

le
0

Sochaux qui passe sous le giron chinois, c'est une nouvelle preuve que le géant d'Asie semble enfin vraiment s'intéresser à la chose footballistique. Le projet global est vaste et émane directement du gouvernement local : devenir une nation qui compte sur la planète football, que ce soit au niveau des résultats sportifs ou du business. Un objectif pas si inatteignable qu'il en a l'air de prime abord

C'était presque une anomalie de ne pas voir les hommes d'affaire chinois s'intéresser plus que ça au football. Si les voisins asiatiques ont depuis longtemps déjà lorgné notamment sur quelques institutions de la Premier League anglaise, eux préféraient s'intéresser à d'autres pans de l'économie du Vieux Continent. Les vignobles français par exemple. Et c'est aussi dans l'Hexagone qu'enfin un club pro européen est passé en totalité sous le giron chinois : le FC Sochaux-Montbéliard, mis en vente depuis longtemps déjà par les proprios historiques, PSA, et qui a trouvé preneur contre sept petits millions d'euros, réglés par une entreprise nommée Tech Pro Technology, basée à Hong Kong et spécialisée dans la fabrication de composants électriques via sa marque Ledus. Un sacré symbole que ce rachat du FCSM, exemple type du club à l'ancienne, très lié au tissu économique local, et qui désormais est devenue une sorte de pionnier en matière de football mondialisé. Faut-il que les supporters locaux s'inquiètent de cette nouvelle donne ou au contraire s'en réjouissent, avec des perspectives de rentrée d'argent frais dans les caisses ? "Ledus définit le FCSM comme un projet marketing, répondait le président du club Denis Worbe, interrogé il y a quelques semaines par France Bleu Belfort-Montbéliard. Ledus veut se faire connaître en Europe et en France à travers le FCSM. Ledus ne se paye pas une danseuse, c'est extrêmement rassurant, car une danseuse on peut s'en lasser assez vite. Là, il y a une légitimité économique derrière ce projet." Traduction : les Chinois sont à Sochaux clairement plus pour du business que par amour du ballon rond, mais ils devraient a priori la jouer réglo et miser sur du long terme.

Le contre-exemple Birmingham City


Des propos qui incitent pas mal à l'optimisme, même si l'exemple le plus proche de ce qui se trame à Sochaux ces temps-ci a de quoi faire flipper un brin. En 2007, le club de Birmingham City voyait débarquer dans le capital, à hauteur de 30%, un homme d'affaires hongkongais lui aussi nommé Carson Yeung, qui lui aussi était censé redorer le blason de son nouveau jouet. Résultat : un échec, avec une équipe qui a plutôt tendance à régresser et un Yeung forcé de quitter la présidence en 2014, se trouvant coffré par la justice de son pays pour un vaste scandale de blanchiment d'argent En tout cas la machine semble bel et bien se mettre en branle et si Sochaux…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant