Enfin l'heure de Leandro Paredes ?

le
0
Enfin l'heure de Leandro Paredes ?
Enfin l'heure de Leandro Paredes ?

Adoubé par Riquelme, Leandro Paredes semble enfin s'imposer à la Roma après deux prêts au Chievo et à Empoli. Retour sur le parcours d'un prodige repéré par Boca Juniors à huit ans.

En septembre 2012, Juan Román Riquelme claque la porte de Boca, après une finale de Libertadores perdue et une relation tendue avec l'entraîneur, Julio César Falcioni. Après avoir éludé les raisons de son départ pendant plus de deux mois, le meneur argentin s'explique. Et surprise, l'intéressé évoque très peu l'embrouille avec les dirigeants. À l'entendre, il a rangé le maillot qu'il aime tant pour faire place à un jeune qui monte : "Je ne peux pas prendre la place d'un gamin de dix-huit ans qui doit attendre que je me retire pour faire son trou. J'ai déjà réalisé tous mes rêves, maintenant, c'est son tour. Il est temps que Paredes s'affirme.". À peine majeur, quelque matchs professionnels dans les pattes, et un adoubement par l'idole du club, Leandro Paredes, milieu de terrain qui a rejoint les Xeneizes à huit ans, vient de changer de dimension. Depuis, il a connu l'Italie et un transfert à la Roma, les prêts au Chievo et à Empoli et un mercato d'été 2016 où les grands d'Europe sont venus frapper à la porte. Mais cette saison, il semble enfin prêt à s'imposer chez les Giallorossi.

Pur produit de Boca


De sa formation à Boca Juniors, beaucoup retiennent une polémique. Dans une enquête publiée en 2014 par Clarín sur le baby-futból (les catégories enfants en Argentine), on apprend que Leandro Paredes a longtemps rapporté quelques deniers à ses parents pour pratiquer le football. Et ce, à partir de ses huit ans, pour environ cent euros par mois dans les poches de ses géniteurs. Si cette pratique existe toujours en Argentine et si rien n'est fait pour l'arrêter, c'est que le baby-futból est une pépinière parfaite pour les grands clubs. Dans le cas de Leandro Paredes, c'est Boca Juniors, par l'intermédiaire du mythique recruteur Ramón Madonni, qui a été le plus rapide. Et convaincant surtout. Comment ? Les dirigeants des Xeneizes ont tout simplement offert à ses parents un appartement d'une valeur de 35 000 dollars. À l'académie de la Boca, le gamin va faire ses classes, briller dans un fameux tournoi d'enfants de onze à douze ans en Espagne aux côtés de Bojan Krkić ou Sergio Canales et gravir rapidement les échelons. À seize piges, Paredes est promu en équipe première par Claudio Borghi. À une condition, posée par l'entraîneur argentin, celle de…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant