Enfants-soldats : le rapport qui accuse Daech

le , mis à jour le
0
L'État islamique a recruté plus d'un millier d'enfants soldats l'an dernier. (Capture d'écran tirée d'un film de propagande.)
L'État islamique a recruté plus d'un millier d'enfants soldats l'an dernier. (Capture d'écran tirée d'un film de propagande.)

Une cinquantaine de mouvements de guérilla et sept armées régulières à travers le monde comptent des bataillons d'enfants ou d'adolescents. Pointée du doigt en 2014 dans le rapport annuel de l'Organisation des Nations unies, cette réalité, hier cantonnée à l'Afrique subsaharienne et à l'Asie du Sud-Est, déborde aujourd'hui les frontières du Moyen-Orient et se propage jusqu'en Asie centrale. L'Unicef estime ainsi à 250 000 le nombre de mineurs embrigadés dans des forces gouvernementales ou rebelles, sur les cinq continents.

Dans quelle région du monde compte-t-on le plus d'enfants-soldats ? Qui les recrute ? Comment sont-ils conditionnés ? Et à quelles tâches sont-ils affectés ? Un rapport réalisé par la Fondation Quilliam, spécialisée dans l'étude des mouvements extrémistes et terroristes, tente de répondre à ces questions.

Des enfants de 10 ans recrutés en Somalie

Publiée à Londres en avril, cette étude de 97 pages, signée par Noman Benotman et Nikita Malik, révèle des éléments troublants. À commencer par l'importance des bataillons d'enfants dans les organisations militaires africaines. L'ONU estime à 20 000 le nombre d'enfants-soldats au Liberia. Dans ce pays, les mineurs auraient représenté jusqu'à 70 % des forces combattantes lors de la guerre civile qui mit le pays à feu et à sang entre 1989 et 1997. En Angola, les adolescents constitueraient 36 % des effectifs des troupes...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant