Enfants d'Izieu : commémoration du 70e anniversaire de la rafle

le
0
Enfants d'Izieu : commémoration du 70e anniversaire de la rafle
Enfants d'Izieu : commémoration du 70e anniversaire de la rafle

Ce dimanche ont lieu à Izieu les commémorations des 70 ans de la rafle des 44 enfants juifs réfugiés dans cette colonie de l'Ain. A cette occasion, la ministre de la Culture Aurélie Filippetti, ainsi que le président du Parlement européen Martin Schultz, sont venus se recueillir devant le mémorial, en présence de six anciens pensionnaires de la maison d'Izieu. Entre mai 1943 et avril 1944, l'établissement avait accueilli une centaine d'enfants orphelins.

«Dans cette traversée de la nuit que le nazisme imposa au monde, Izieu porte la mémoire particulière du crime le plus abominable, celui perpétré contre les enfants», a déclaré la ministre de la Culture Aurélie Filipetti, avant de poursuivre : «Ce crime est de ceux qui ne peuvent, qui ne doivent jamais être effacés. Mais je veux voir dans l'évolution de ce lieu, dans son ouverture à la jeunesse, un signe d'espérance».

Commémoration 70 ans après de la terrible rafle des 44 enfants d'Izieu, de leurs 7 éducateurs et de leur directeur. pic.twitter.com/zeKKCucYeZ? Aurélie Filippetti (@aurelifil) 6 Avril 2014

Je suis arrivée au mémorial, pour la commémoration de la rafle des enfants d'Izieu pic.twitter.com/tGHU28si9t? Sylvie Guillaume (@sylvieguillaume) 6 Avril 2014

Parmi les anciens pensionnaires présents, Samuel Pintel, 77 ans, arrivé à Izieu en novembre 1943, à l'âge de six ans, est le dernier à en être parti quelques mois avant la rafle. «Cette 70e commémoration va être l'événement le plus marquant, car on a encore une présence forte des acteurs de l'Histoire, même si entre 2002 et aujourd'hui cinq ont disparu», déclare la directrice du mémorial, Geneviève Erramuzpé, ajoutant qu'«avec les années, on arrive vers un épuisement des témoins et des personnes en état de se déplacer».

Le musée mémoriel d'Izieu a 20 ans http://t.co/chqMea5GBJ par @F3Rhone_Alpes #histoire ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant