Énergie solaire : la Lorraine superstar

le
0
La centrale solaire de Toul génèrera une économie annuelle de quatre mille six cents tonnes de CO2.
La centrale solaire de Toul génèrera une économie annuelle de quatre mille six cents tonnes de CO2.

La plus grande centrale solaire de France a été inaugurée avant-hier...



Dans une région qui est pourtant très loin d'être la plus ensoleillée du pays. Une situation qui ne devrait cependant « pas poser de soucis importants », dixit l'un des promoteurs du projet, cité par nos confrères de l'AFP et qui souligne que cette installation a bénéficié d'un bonus à la revente de son électricité environ 18 % plus élevé que pour les régions du Sud de l'Hexagone.


Une installation qui s'étend sur trois cent soixante hectares à proximité de Toul (Meurthe-et-Moselle) et qui, surtout, subviendra aux besoins énergétiques annuels de quelque cinquante-cinq mille habitants (NDLR : chauffage électrique inclus) en plus de générer une économie annuelle nette de quatre mille six cents tonnes de dioxyde de carbone (CO2). Construit sur une ancienne base militaire de l'OTAN, ce « temple du soleil » français a été initié en 2009 par EDF-EN (Énergies Nouvelles), qui loue le terrain à l'État « dans le cadre d'un bail emphytéotique de trente ans pour un loyer annuel d'environ un million d'euros », relate l'Agence.


Soulignons en outre qu'avant sa mise en service, il a fallu procéder à un important « nettoyage » puisque cent soixante-dix bâtiments ont été désamientés, deux cent quatre-vingt déconstruits et huit mille tonnes de terre dépolluées. Une tâche titanesque qui a précédé le déploiement d'une million quatre cent mille panneaux solaires photovoltaïques de nouvelle génération. Fabriqués par le groupe américain First Solar, l'un des leaders mondiaux du secteur, ceux-ci délivrent une puissance totale de cent quinze mégawatts crête (MWc).



« L'énergie solaire a encore besoin d'être aidée »


« L'énergie solaire a encore besoin d'être aidée, mais on peut s'attendre à de futures ruptures technologiques », a commenté Didier Hellstern, directeur régional du développement d'EDF-EN lui aussi cité par l'AFP, précisant qu'elle ne représente aujourd'hui que 3 % de la production nationale d'électricité. Cette inauguration arrive toutefois à point nommé, alors que s'ouvre le grand débat national sur la transition énergétique, laquelle ne pourra se faire sans soutien renforcé à l'énergie durable.


Rappelons également que la concurrence chinoise, accusée par le groupement européen EU PRO Sun de ne pas respecter les règles de l'OMC (Organisation mondiale du commerce) (NDLR : Ayant porté plainte à deux reprises en l'espace de quelques semaines, ledit groupement est directement à l'origine de l'enquête diligentée par la Commission européenne, qui statuera d'ici fin 2013 au plus tard et pourrait en ouvrir une autre dans quelques jours.), a fait d'importants dégâts au sein des entreprises continentales. Pléthore de PME, mais aussi des sociétés qui tenaient le haut du pavé dans un passé pas si lointain ont en effet dû se résoudre à mettre la clef sous la porte.


La France a été durement touchée, tandis que l'instauration d'un nouveau cadre de développement de la filière a été précédée d'un moratoire sur les projets de plus de trois kilowatts crête (KWc) entre décembre 2010 et mars 2011 qui a entraîné des milliers de suppressions de postes.


Un an et demi plus tard, le secteur n'a pas recouvré toute sa vitalité. La mise en service de la centrale solaire de Toul démontre néanmoins que la partie n'est pas perdue.


Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant