Énergie : malgré quelques efforts, le charbon reste le carburant principal

le
0
Énergie : malgré quelques efforts, le charbon reste le carburant principal
Énergie : malgré quelques efforts, le charbon reste le carburant principal

Ces dernières semaines, nombreux ont été les entreprises, banques et fonds d'investissement (surtout européens) à multiplier les annonces de désinvestissement du secteur du charbon. Ces déclarations sont encourageantes pour la réduction des émissions de CO2, mais il faut relativiser la situation : elles pèsent encore malheureusement peu face à la pratique de certains pays émergents.

Des décisions encourageantes

Lundi, le groupe Total a promis de sortir des activités qu'il possède dans le secteur du charbon, notamment en Afrique du sud où le géant pétrolier intervient dans la production et la commercialisation du combustible. Fin mai, c'était le fonds souverain norvégien, le plus important au monde, qui avait indiqué se désengager des entreprises dont une part substantielle de l'activité est liée au charbon.

Quelques jours plus tôt, l'assureur français Axa a annoncé le retrait de ses investissements dans les entreprises les plus consommatrices de charbon, à hauteur de 500 millions d'euros d'ici à la fin de l'année. Il suivait de peu la banque Crédit Agricole qui a décidé de réduire son exposition au charbon, en ne finançant plus que certaines centrales sous certaines conditions.

Même l'Église d'Angleterre (anglicane) qui gère 12,4 milliards d'euros d'actifs, veut abandonner ses investissements dans la plus polluante des énergies fossiles.

Pour le moment, une goutte d'eau

Si ces annonces sont importantes dans la perspective de la lutte contre les émissions de CO2, notamment par le signal qu'elles envoient, elles ne sont qu'une goutte d'eau.

« Le charbon est toujours la colonne vertébrale de la production d'électricité dans le monde », affirmait en décembre la directrice exécutive de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) Maria van der Hoeven. Car, selon l'institution, la demande mondiale de charbon va continuer à croître d'ici à 2019, même si ce sera à un moindre rythme (+2,1% par an) ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant