Énergie : les Verts semblent contents du cap de Hollande

le
2
RÉACTIONS - Une semaine après le quasi-ultimatum lancé par Pascal Durand à l'exécutif, les écologistes se félicitent de la «perspective» tracée par le président d'une réduction de la consommation d'énergie de moitié d'ici à 2050.

Les Verts ont été prompts à réagir vendredi aux annonces de François Hollande, faites en en ouverture de la deuxième conférence environnementale du quinquennat. Ils ont salué comme un «signal ambitieux» le cap fixé par le président, dont le discours intervenait près d'une semaine après le quasi-ultimatum lancé à l'exécutif par le patron d'Europe Écologie-Les Verts (EELV), Pascal Durand. Ce dernier donnait six jours au gouvernement pour «intégrer les questions écologistes dans son logiciel». Une sortie polémique qui vaut à ce dernier d'être aujourd'hui sur la sellette.

Vendredi, Pascal Durand n'a toutefois pas «boudé son plaisir». François Hollande «met la priorité sur la transition énergétique. Cela fait parti...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le vendredi 20 sept 2013 à 17:08

    Si les verts sont contents, par définition je suis très inquiet. Ces gens sont contre la croissance et prônent une économie de pénurie. Je ne vois aucune raison de se réjouir. Le pingouin est empêtré dans ses accords électoraux. Et quitte à prendre une raclée, il préfère que ce soit avec ses p'tits potes...

  • yt75 le vendredi 20 sept 2013 à 16:58

    Donc, Hollande s'est bien gardé d'évoquer directement la gravité de la situation en ce qui concerne la disponibilité et possibilité d'accès aux ressources.En particulier le fait que l'on est actuellement au pic mondial de production de pétrole, ce qui se traduit dans le choc pétrolier actuel, cf évolution prix du baril 1990 2013 http://goo.gl/CPWCj1, et dans la crise économique associée pudiquement qualifiée de financière.Mais cela était quand même en creux dans ce discours, pas si mal.