Energie : le Medef met la pression sur le gaz de schiste

le
7
Energie : le Medef met la pression sur le gaz de schiste
Energie : le Medef met la pression sur le gaz de schiste

Alors qu'elle doit lâcher les rênes du Medef en juillet prochain, Laurence Parisot s'est trouvé un dernier cheval de bataille : le gaz de schiste. L'exploitation de ce gaz non conventionnel enfoui dans la roche est encore interdite en France, en raison des dégâts environnementaux qu'elle génère. Mais elle constitue, selon la patronne des patrons, le meilleur moyen de «réindustrialiser» la France. A ses yeux, passer à côté de cette denrée «extraordinaire» serait «une erreur dramatique», a-t-elle déclaré mercredi lors d'une conférence de presse sur l'énergie.

Le mouvement des entrepreneurs français fait partie du Conseil national du débat sur la transition énergétique, un chantier ouvert en début d'année par le gouvernement dans le but de fixer les orientations de la France en matière de production d'énergie et de développement durable. C'est à ce titre que Laurence Parisot appelle, depuis mardi, le gouvernement à ouvrir la voie au gaz de schiste, une énergie fossile qu'elle aimerait voir faire partie du futur «mix énergétique». «On me demande souvent : comment réindustrialiser la France ? Au-delà du pacte de compétitivité, que je salue, il y a une réponse très simple : explorons et exploitons dans notre pays les gaz de schiste», a-t-elle déclaré mercredi.

Imiter les Etats-Unis

Moins chère que le gaz et le pétrole importés, cette ressource permettrait aux entreprises de faire des économies d'énergie, estime la présidente. Selon elle, elle permettrait également de créer de l'emploi, comme aux Etats-Unis, où cette énergie fossile est en vogue depuis une dizaine d'années, et où la filière aurait déjà créé 600 000 emplois. 300 000 de plus devraient y voir le jour d'ici 2015.

Le revers de la médaille, c'est que la fracturation hydraulique, la méthode utilisée pour extraire le gaz de schiste présent dans la roche, parfois à plus de mille mètres sous terre, a un impact très nocif...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4142906 le vendredi 26 avr 2013 à 03:24

    Bien fait, il n'y a pas de pollution, les risques peuvent etre tres bien controlles. Il suffit pour cela de depenser suffisement ce qui va un peu a l'encontre d'une denree peu chere.. en gros il faut y reflechir, mais c'est certainement quelque chose qu'il ne faudrait pas interdire juste parce que l'on croit que c'est dangereux. Une centrale nucleaire aussi c'est dangereux et polluant..

  • M8725649 le vendredi 26 avr 2013 à 01:10

    Il va être temps de faire ses bagages..... Vuitton !

  • igvisor le jeudi 25 avr 2013 à 23:29

    Investir pour Optimiser l'extraction Miniere, plus qu'Investir du renouvelable = Consommer tout, le plus vite possible et les Suivants se debrouilleront.... Put'1 de Papy Boomer !

  • titide le jeudi 25 avr 2013 à 23:18

    le gaz de schiste est l'avenir de la France;il faut juste en controler l'exploitation.Tous ces gens qui sont contre feraient de commencer par faire des économies d'énergie.C'est comme ceux qui sont contre les centrales nucléaires et qui se chauffent à l'électricité.???Réfléchissez !!!!

  • spcmg71 le jeudi 25 avr 2013 à 22:13

    tout est très bien résumé sur la situation en France dans les informations Boursoramana. 302 posts sur l'aspect négatif en France : le chômage. 2 posts sur ce qui pourrait être positif en France : ses gaz de schiste. Il y a effectivement deux catégories de population : ceux qui se focalisent sur le négatif, et ceux qui préfèrent s'intéresser au positif. Choisissez votre camp.

  • M8725649 le jeudi 25 avr 2013 à 21:34

    Je ne comprends plus, Gaz de shit ou de Schistes ?

  • jerepond le jeudi 25 avr 2013 à 21:28

    Des chercheurs français sont en train de mettre au point un mode de fracturation non hydraulique : c'est ça la réponse au problème.