Energie : la facture va encore s'envoler

le
0
Energie : la facture va encore s'envoler
Energie : la facture va encore s'envoler

Une mère n'y retrouverait pas ses petits ! Alors que la loi de transition énergétique doit être présentée en Conseil des ministres avant la fin du mois, le marché de l'énergie ressemble à un énorme capharnaüm ! Au grand dam des particuliers, submergés d'annonces, toutes plus contradictoires les unes que les autres.

Une fois, c'est pour annuler une hausse, à l'instar de la décision prise par la ministre de l'Energie le 17 juin d'empêcher les tarifs de l'électricité de prendre 5 % au 1er août. Une autre fois, c'est pour rembourser EDF ou GDF Suez d'un tarif jugé a posteriori trop bas. C'est le fameux nouveau rattrapage d'une trentaine d'euros demandé aux 29 millions de clients d'EDF (soit 92 % des foyers) qui interviendra à l'automne. De quoi y perdre son latin !

Fin programmée des tarifs réglementés

Les politiques, eux, font de la démagogie en disant vouloir limiter la flambée des tarifs de gaz ou d'électricité, tout en sachant pertinemment qu'un rattrapage, synonyme de nouvelles hausses, sera tôt ou tard exigé.

D'autant que la série noire est malheureusement loin d'être terminée. L'Association nationale des opérateurs détaillants en énergie (Anode) -- qui regroupe les concurrents « alternatifs » d'EDF et GDF Suez (Direct Energie, Eni, Lampiris, etc.) -- a déposé une nouvelle série de recours. Deux nouvelles épines dans le pied du gouvernement. Car une fois encore, comme les douze fois précédentes, ses différentes interventions ont toutes les chances d'être jugées illégales par les sages du Palais-Royal. Et prolonger ce yo-yo administratif qui, mis bout à bout, coûte des centaines de millions d'euros aux clients, aux entreprises ou aux particuliers.

Certes, les prix en France sont parmi les plus bas d'Europe -- c'est un fait -- mais ça ne va pas durer. L'ouverture du marché du gaz et de l'électricité, qui existe sur le papier depuis sept ans, va véritablement se concrétiser avec la fin ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant