Energie : l'Etat a un trou de 7 milliards d'euros à combler

le
1
Energie : l'Etat a un trou de 7 milliards d'euros à combler
Energie : l'Etat a un trou de 7 milliards d'euros à combler

L'équation pour le gouvernement pour trouver près de 7 milliards d'euros pour financer le secteur de l'énergie en crise risque d'être difficile à résoudre. 

Pour faire simple avant la fin de l'année ou au début 2017, l'Etat va devoir mettre sur la table 4 milliards d'euros pour recapitaliser Areva plongé en plein scandale Uramin et en proie à des «anomalies» dans la fabrication de composants nucléaires. Il va aussi avoir à sortir environ 3 milliards d'euros pour l'augmentation de capital d'EDF, notamment pour lui permettre de continuer à investir dans son projet d'EPR à Hinkley Point en Angleterre. Ce mardi matin sur Europe 1, François Hollande a rappelé qu'il était «favorable» à ce que ce chantier puisse se faire. Et d'ajouter : «Le président d'EDF a demandé aux salariés d'être consultés et il y aura donc une enquête qui sera menée, une expertise qui sera faite et qui, dans les prochaines semaines, donnera sa vérité», a déclaré le chef de l'Etat pour qui le nucléaire «est l'avenir».

Une hausse d'impôts exclue ?

« La situation actuelle est singulière mais pas inédite, et nous sommes là pour y faire face », assure Martin Vial, le commissaire aux participations de l'Etat dans les Echos. Des précédents ont déjà existé : En 2002, l'Etat avait été obligé de débloquer 9 milliards d'euros lors du sauvetage de France Télécom après le rachat d'Orange. Pendant la crise du secteur automobile, à partir de 2008, l'Etat était venu en aide à Renault et à PSA par le biais d'un prêt de 6 milliards d'euros et non de fonds propres.

La bonne nouvelle, c'est que l'Agence des participations de l'Etat (APE) exclut pour l'instant pour ce financement toute contribution du budget général qui serait presque synonyme d'une hausse des impôts.

Dans ces conditions, le scénario pour régler la facture commence à se dessiner. Martin Vial est obligé de reconnaître que l'Etat -- sans donner le nom des entreprises -- ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.