Énergie électrique : un vaste projet d'hydroliennes suspendu dans la Manche

le
1
Énergie électrique : un vaste projet d'hydroliennes suspendu dans la Manche
Énergie électrique : un vaste projet d'hydroliennes suspendu dans la Manche

Quatre ans après l'inauguration de la première hydrolienne française au large de l'île de Bréhat (Côtes d'Armor), en septembre 2012, les ambitions de la France en matière d'énergie maritime font face à des vents contraires. Selon une information des Échos, publiée ce lundi, le conglomérat américain General Electric (GE) a décidé d'arrêter son projet de turbine hydraulique Océade - développée par le français Alstom - mettant ainsi fin aux ambitions d'Engie, qui avait remporté ce projet en 2014 pour l'implantation de quatre hydroliennes au raz Blanchard (Cotentin) d'une puissance de 1,4 mégawatt chacune (soit de quoi alimenter 15 000 personnes en électricité). 

Invisibles et silencieuses, ces turbines géantes (18 mètres de diamètre) sont immergées à plusieurs dizaines de mètres de profondeur et exploitent la force des courants marins pour produire de l'électricité. Les hydroliennes, qui sont à la mer ce que les éoliennes sont au vent, a suscité de nombreux espoirs et vocations dans le domaine des énergies renouvelables. Alors que les experts estiment le gisement potentiel des courants marins entre 75 et 100 gigawatts, l'énergie produite par les courants marins a aussi l'avantage sur l'éolien d'être prévisible, les courants marins pouvant être calculés à l'avance. 

 

LIRE. Paris : des hydroliennes sous les ponts pour capter l'énergie de la Seine

 

«Le marché n'est pas au rendez-vous»

 

Pour autant, «le marché n'est pas au rendez-vous des espoirs suscités entre 2009 et 2013», s'est justifié GE auprès des Échos. Quant au Français Engie, il a simplement indiqué avoir «malheureusement décidé d'arrêter le projet (baptisé Nephtyd ndlr) suite au défaut d'un fournisseur». Les quatre hydroliennes du raz Blanchard devaient normalement être livrées à l'horizon 2018. Un quarantaine d'employés qui travaillaient sur le projet Nephtyd ont été redéployées sur d'autres activités à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • sidelcr1 il y a 11 mois

    La cause de l'arrêt est bien vague . Beau travail journalistique !