Endurance : pourquoi Nissan n'est pas encore prêt

le
0
Nissan fera l'impasse sur l'épreuve de Silverstone, et aussi sur celle de Spa, mais devrait s'élancer aux 24 Heures du Mans.
Nissan fera l'impasse sur l'épreuve de Silverstone, et aussi sur celle de Spa, mais devrait s'élancer aux 24 Heures du Mans.

La voiture détonne et surprend. La Nissan GT-R LM avec un moteur à l'avant et un système hybride - 1 500 chevaux selon le constructeur - avait l'ambition de tenir tête aux Audi, Toyota et Porsche, qui se sont partagé l'an dernier les victoires dans le Championnat du monde d'endurance. "On va arriver et leur botter les fesses", disait d'ailleurs, plein d'enthousiasme, le vice-président exécutif de Nissan, Andy Palmer. Sauf qu'à l'heure où le championnat reprend avec les 6 heures de Silverstone, la marque japonaise n'alignera aucune voiture. Si Nissan reste confiant pour s'élancer avec trois voitures aux 24 Heures du Mans en juin prochain, le défi s'annonce bien plus compliqué à relever que ce qui était prévu. Retour sur les difficultés qui jalonnent l'arrivée de Nissan en Endurance. Début mars dernier, sur le circuit de Sebring en Floride. Les tests deviennent alors un cauchemar chez Nissan. En deux jours, le tout nouveau proto ne tourne que 60 tours. Pire, les chronos font état d'un retard de quinze secondes sur l'Audi, qui tourne sur la piste américaine au même moment. La GT-R LM serait peu compétitive, peu fiable, et l'un des pilotes, Marc Gené, "se serait fait une frayeur lors de la séance précédente", relève le journal L'Équipe. En somme, le concept révolutionnaire de Nissan est resté à l'état de concept et est bien loin d'être compétitif sur la piste "Notre objectif reste Le Mans" (Cox) Résultat : Nissan fera l'impasse sur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant