Endurance : 5 raisons de suivre le championnat

le
0
Toyota, ici la TSO50 au Castellet, a troqué son V8 atmosphérique par un V6 biturbo et une batterie lithium-ion.
Toyota, ici la TSO50 au Castellet, a troqué son V8 atmosphérique par un V6 biturbo et une batterie lithium-ion.

Le championnat d'Endurance (WEC) n'en finit plus d'impressionner. Et ce n'est pas le ciel gris et menaçant au-dessus de Silverstone qui va atténuer l'enthousiasme des fans ! L'an dernier, le WEC a offert la saison de sport automobile la plus palpitante. Mieux, la discipline s'est trouvé de nouveaux ambassadeurs de luxe : des pilotes de F1, anciens (comme Mark Webber) ou actuels (Fernando Alonso, Niko Hülkenberg), qui ont vanté les mérites de l'Enduance.

L'engouement pour le WEC n'a pas de raison de s'atténuer cette année. La manche inaugurale à Silverstone en est la meilleure illustration : jamais une course de six heures n'avait compté autant d'inscrits (33 voitures). Parmi les nouveautés, la tenue d'une nouvelle manche au Mexique mi-septembre, de nouvelles voitures pour Audi et Toyota (en LMP1), l'arrivée de Manor (LMP2) ou encore de Ford (en GT). Tour d'horizon des principales questions avant le coup d'envoi de la saison.

Porsche, le mieux armé ?

Dans la catégorie reine (LMP1), Audi et Toyota s'élanceront avec de nouvelles voitures. Ce n'est pas le cas chez Porsche, champion du monde en titre. Il faudra donc profiter du manque de fiabilité de ses adversaires pour capitaliser tôt dans la saison avec la 919 Hybrid remaniée qui conserve son petit V4 2.0 associé à une batterie lithium-ion. La firme allemande semble imperturbable, même si elle...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant