Endettée, la région de Valence demande l'aide de Madrid

le
3

MADRID (Reuters) - Lourdement endettée, la Communauté valencienne a dit vendredi qu'elle en appelait à l'aide financière du gouvernement central espagnol, provoquant un nouvel accès de fièvre sur les marchés et compliquant encore la tâche de Madrid qui souhaite éviter coûte que coûte une aide extérieure directe.

Cette région, la plus endettée d'Espagne avec sa voisine catalane, a demandé à bénéficier du programme de 18 milliards d'euros mis en place par Madrid pour aider les finances des collectivités régionales.

"Valence, comme d'autres régions autonomes, souffre des conséquences de la pénurie de liquidités sur les marchés en raison de la crise économique", a dit dans un communiqué le gouvernement régional, qui doit rembourser 2,85 milliards d'euros de dettes d'ici la fin de l'année.

Les régions espagnoles, privées d'accès aux marchés internationaux de la dette, plaidaient depuis des mois en faveur de la mise en place d'un mécanisme de financement capable de les aider à trouver les liquidités dont elles ont besoin pour honorer leurs obligations financières.

Le ministre espagnol du Trésor Cristobal Montoro a déclaré après le conseil des ministres que le plan de financement des régions comportait des critères budgétaires stricts que doivent remplir les bénéficiaires de l'aide ainsi que des règles sur la communication de l'état de leurs finances.

"Le gouvernement valencien aura l'obligation de remplir de nouvelles conditions afin d'avoir accès à ces liquidités", a-t-il dit.

Le gouvernement central a parallèlement abaissé dans l'après-midi ses prévisions de croissance pour 2012 et 2013 et dit prévoir que la récession reste installée dans le pays une bonne partie de l'année prochaine.

Le rendement de la dette espagnole à dix ans a atteint un record absolu, à 7,3%, tandis que la prime exigée par les investisseurs pour détenir de la dette espagnole plutôt que de la dette allemande a dépassé les 600 points de base pour la première fois depuis la création de l'euro.

Selon Madrid, les coûts du financement de la dette espagnole devraient grimper de 9,1 milliards en 2013.

Julien Toyer et Nigel Davies, Nicolas Delame pour le service français, édité par Natalie Huet

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.

Avertissement

Une erreur est survenue, merci de re-essayer ultérieurement.

Partenaires Taux