Endettée, l'association Ni Putes Ni Soumises expulsée de ses locaux parisiens

le
0
Endettée, l'association Ni Putes Ni Soumises expulsée de ses locaux parisiens
Endettée, l'association Ni Putes Ni Soumises expulsée de ses locaux parisiens

En 2006, le local était inauguré par le président Jacques Chirac. Dix ans plus tard, le mouvement Ni Putes ni Soumises a été expulsé de son siège parisien (XXe arrondissement) pour impayés de loyers. L'association féministe dénonce «la quasi-absence de subventions» publiques qui l'aurait menée à cette situation.

 

Son bailleur social affirme de son côté que les impayés de loyers avaient «très rapidement» suivi l'arrivée de Ni Putes Ni Soumises dans ce local baptisé «Maison de la diversité».

 

«En 2013, on leur a proposé un protocole d'accord avec un étalement de la dette sur deux ans, assure Paris Habitat. Ce protocole n'a jamais été respecté». Le bailleur ajoute avoir proposé d'autres locaux, «moins chers et aussi dans le XXe» arrondissement, mais s'être heurté à un refus à chaque proposition. «Ils ont été expulsés après une décision du tribunal d'instance en référé d'avril 2016», rappelle-t-elle, précisant qu'à ce jour, la dette du mouvement serait de près de 140 000 euros.

 

L'association affirme pour sa part dans un communiqué avoir «été clochardisée» par le manque de moyens alloués par les pouvoirs publics, «à l'exception notable de la politique de la Ville», et rappelle sur un ton railleur que ces mêmes pouvoirs publics sont «pourtant prompts à s'afficher comme les garants des valeurs de la République.» Le mouvement estime qu'on veut le «réduire au silence alors qu'il a été à la pointe de la lutte contre l'omerta qui entourait les violences faites aux femmes dans les quartiers.»

 

L'invitation de Valérie Pécresse

 

A la suite de cette expulsion, la présidente de la Région Ile-de-France Valérie Pécresse a annoncé dans un communiqué le déblocage d'une subvention de 25 000 euros pour soutenir l'association. La région s'engage par ailleurs à héberger le siège du mouvement «à titre exceptionnel et sur une durée limitée au sein de ses ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant