Encombrement dans les ports cacaoyers du Ghana

le
0
Les exportateurs ne sont pas satisfaits des délais qu'ils subissent à l'embarquement du cacao, dans les port de Kema et Takarodi au Ghana, qui leur causent des retards de trésorerie. PBC, un marchand qui collecte les fève des planteurs et coopératives, explique qu'il a eu jusqu'à mille véhicules immobilisés. Il lui faut parfois attendre cinq semaines au port le déchargement de ses camions. Pendant ce délai, jusqu'à la mise à quai, la marchandise n'est pas payée. Le COCOBOD, l'organisme régissant la filière cacaoyère au Ghana, est mis en cause, puisque c'est lui qui règle les livraisons. L'engorgement induit aussi une tension sur les approvisionnements, débouchant sur une hausse des cours.
L'institution est également critiquée par les planteurs, qui ne voient pas tous passer les équipes chargées de traiter leurs arbres contre les maladies. Trente à quarante pour cent des récoltes seraient perdues de ce fait.
Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant