Encadrer les loyers est inefficace selon des chercheurs, et pour vous ?

le
3

Début août, l’encadrement des loyers entrera en vigueur à Paris. Et cela hérisse le monde de l’immobilier. Des chercheurs du Massachussets Institute of Technology (MIT), ont déjà dénoncé les effets pervers d’une telle politique. A vous de nous dire ce que vous en pensez.

C’est une étude du MIT, le Massachussets Institute of Technology. Et c’est le think tank Génération Libre qui l’a dénichée parmi les publications du Cato Institute. David A. Autor, Christopher J. Palmer et Parag A. Pathak, trois chercheurs du MIT ont planché sur l’encadrement des loyers. «Ils ont pris l’exemple de l’arrêt de la politique d’encadrement des loyers menée jusqu’en 1994 par la ville de Cambridge (Massachussets), explique le think tank. Entre 1970 et 1994, dans certains quartiers de cette ville américaine, des appartements ont été soumis à une politique stricte.»

Les autorités de l’époque veillaient à maintenir un niveau de prix modéré: les loyers des appartements soumis au contrôle étaient ainsi de 40% inférieurs aux loyers des appartements non contrôlés. Tout le marché immobilier n’était pas soumis à cette règle, ce qui a permis aux chercheurs d’avoir deux échantillons de biens, ceux dans le champ du contrôle et les autres. Une aubaine puisqu’ils ont ainsi pu comparer les conséquences de cette politique qui fut stoppée en 1994 après un réferendum.

Problèmes de maintenance

Que retenir de cette étude? Principalement que les biens soumis à l’encadrement des loyers étaient évalués 45 à 50% de moins que les appartements non encadrés, similaires et situés dans les mêmes quartiers. Mais aussi que les appartements aux loyers contraints rencontraient «plus de problèmes de maintenance que les autres», parce que leurs propriétaires ne les entretenaient plus. En France, les professionnels redoutent justement que le parc immobilier soit moins bien entretenu puisque ce serait en quelque sorte à fonds perdus pour les propriétaires.

La deuxième crainte actuelle des professionnels est que l’encadrement des loyers détourne les particuliers de l’investissement locatif. Elle trouve un écho dans cette étude. Une fois les loyers redevenus libres, les investisseurs ont été de retour. «La fin de l’encadrement a coïncidé avec une vague de nouveaux investissements, la construction de maisons et d’appartements a crû», résume Génération libre.

Selon l’étude du MIT, la fin de l’encadrement des loyers a toutefois entrainé un turn-over des locataires. Quand les loyers sont redevenus libres et ont augmenté, les locataires les moins riches ont quitté les quartiers les plus résidentiels et ont été remplacés par des personnes aux revenus plus élevés.

A un mois du lancement de l’encadrement des loyers à Paris, vestige de la loi Alur de Cécile Duflot, leFigaro immobilier ouvre le débat. Dites-nous, en commentaire, ce que vous attendez ou redoutez de la mise en place de cette nouvelle règle, que Manuel Valls avait présentée comme un test.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lsleleu le jeudi 25 juin 2015 à 13:42

    Nous sommes maintenant habitué : le gouvernement décide le contraire de ce qu'il faudrait faire, ce sera prouvé très prochainement dès l'application de cette loi .

  • akatosh le jeudi 25 juin 2015 à 12:31

    Que les investisseurs locatifs qui se plaignent aillent voir du côté des assurance vie en euros, qui procurent un rendement comparable avec les avantages de la liquidité, de la défiscalisation, du rendement et du capital garanti (tandis qui l'investissement locatif est fiscalisé, n'est pas liquide, et que ni le rendement ni la protection du capital ne sont garantis).Un désintérêt des investisseurs pour le locatif permettra une baisse des prix, saine compte tenu de la valorisation excessive...

  • M5661885 le jeudi 25 juin 2015 à 12:01

    Un propriétaire qui achète pour louer c'est à la fois pour placer des économies et aussi pour en retirer un revenu, le tout si possible en toute sécurité.Donc je vais acheter un bien pour louer seulement:- si j'en tire un revenu acceptable après impôts par rapport à d'autres placements- si je peux récupérer rapidement la libre disposition de mon bien si j'en ai besoin (pour l'occuper ou le vendre ou en cas d'impayé par le locataire)Ce gouvernement fait précisément le contraire !