Encadrement des loyers à Paris : une baisse pour un nouveau locataire sur cinq

le
6
Encadrement des loyers à Paris : une baisse pour un nouveau locataire sur cinq
Encadrement des loyers à Paris : une baisse pour un nouveau locataire sur cinq

Redouté par les bailleurs mais très attendu par les associations de défense des consommateurs et surtout les locataires, l’encadrement des loyers entre en vigueur ce samedi à Paris. Un nouveau locataire sur cinq en bénéficiera.

Instauré «à titre expérimental» et limité à la capitale où les loyers ont bondi de 42% en dix ans, ce dispositif prévoit qu'à la signature d'un nouveau bail ou lors d'un renouvellement, le loyer d'un logement ne puisse excéder de 20% un loyer de référence, ni lui être inférieur de 30%. Créé par la loi Alur de l'ex-ministre du Logement Cécile Duflot, ce dispositif devait à l'origine entrer en vigueur dans 28 zones tendues. Le Premier ministre Manuel Valls a choisi finalement de ne l'appliquer qu'à Paris intra-muros.

Parfois plus de 100 euros de baisse. Selon les calculs de l'Observatoire des loyers de l'agglomération parisienne (Olap), cela se traduira par une baisse de loyer allant jusqu'à 50 euros pour un tiers des locataires signant un nouveau bail, de 50 à 100 euros pour un autre tiers, et supérieure à 100 euros pour le tiers restant. Dans ce dernier tiers, la baisse sera supérieure à 240 euros pour 10% des loyers les plus chers. 

80 quartiers. La capitale a été divisée en 80 quartiers (voir la carte ci dessous) et un loyer de référence a été défini pour chaque catégorie de logement, en fonction de ses caractéristiques (nombre de pièces, époque de construction, location nue ou meublée). Un guide pratique sera mis en ligne mardi 4 août.

Un complément de loyer. L'association CLCV rappelle que «dans certains cas, le bailleur peut également appliquer en sus ce que l'on appelle un complément de loyer, lequel n'est pas limité. Ce complément n'est autorisé que pour les logements présentant des caractéristiques de localisation ou de confort particulières (terrasse, vue rare, jardin...) et à condition que les logements de même catégorie aux alentours, en soient ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pelochon le lundi 3 aout 2015 à 13:02

    @sherrero : il y a 30 ans l'euro n'existait pas...

  • sherrero le lundi 3 aout 2015 à 11:07

    posez vous la bonne question en 30 ans la parité euro / dollar us était à 1,14 euro à ce jour l’Europe est une grosse bulle qui mange tout le cash qu'elle peu est la France suit le rythme car n'oubliez pas que l’Europe c'est aussi nous tous qui la payons merci a vous tous....

  • M1258153 le lundi 3 aout 2015 à 08:29

    Si j'ai bien compris tous les loyer pourront augmenter j'usqu'a 20% au dessusde la valeur moyenne actuelle, donc cette moyenne va mécaniquement augmenter dans les memes proportions. a la prochaine révision on pourra donc augmenter à nouveau les loyers de 20% et ainsi de suite ...

  • M802641 le lundi 3 aout 2015 à 00:20

    Faites le calcul. Appart 60m2 x 8500/m2 = 510,000 + notaire 7.5% = 550000 Loyer net 1600/mois = 19200/an Rentabilité brute 3.5% si tout va bien et 3% après taxe foncière et gestion s'il n'y a pas de trous de loyer, impayés etc. En cas de problème la rentabilité sera quasi nulle. Le jeu n'en vaut pas la chandelle avec risque de moins-value éventuelle en cas de hausse des taux.

  • M3366730 le dimanche 2 aout 2015 à 19:47

    Il est évident que les contraintes et les diverses taxations sont tel qu'il ne faut pas investir dans l'immobilier locatif sur les appartements. Quand à la "cuisine" qui a été faite sur Paris pour l'encadrement des loyers est tellement contraignante (dans une même rue/avenue et que le bien soit situé à un n° paire ou impair ou sur différents arrondissement ce n'est pas le même prix au m2 ; une vrai usine à gaz montée par nos élus et mis en musique par les nouveaux fonctionnaires recrutés !!!!!

  • er3dw le dimanche 2 aout 2015 à 15:41

    dans quelques années pénurie de logement mais les responsables ne seront ni nommés ni condamnés. Aujourd'hui il ne faut surtout pas investir dans l'immobilier. les charges et raquette fiscal représente environ 50% du loyer. Il reste moitié si vous n'avez pas un locataire pourri.