ENCADRE-USA 2016-Le programme de John Kasich

le
0
    WASHINGTON, 6 avril (Reuters) - Gouverneur de l'Ohio, John 
Kasich est à la traîne dans la course à l'investiture 
républicaine mais ce conservateur traditionnel veut croire qu'il 
pourra tirer profit du rejet de ses deux rivaux, Donald Trump et 
Ted Cruz, par une partie des élites du Grand Old Party. 
    Il se considère aussi comme le seul républicain à même de 
battre les démocrates le 8 novembre et de reprendre la Maison 
blanche après huit années d'administration Obama. 
    Ses principales propositions, thème par thème.     
     
    IMMIGRATION 
    L'idée que les Etats-Unis pourraient interpeller les quelque 
11 millions d'étrangers sans papiers qui y vivent et les 
renvoyer vers leur pays d'origine rend John Kasich "malade", 
selon ses propres dires. 
    Sans pour autant être partisan d'une accession à la 
citoyenneté, il estime que le but prioritaire de la politique en 
matière d'immigration doit être de préserver l'unité des 
familles et de prévoir un processus de régularisation pour les 
étrangers sans papiers déjà présents sur le sol des Etats-Unis, 
qui y travaillent et n'ont pas commis de crimes violents. 
    En parallèle, le gouverneur de l'Ohio prône un renforcement 
des contrôles aux frontières pour stopper l'immigration illégale 
et s'est prononcé en faveur de la construction d'un mur à la 
frontière avec le Mexique. 
 
    COMMERCE 
    "Je suis en faveur du libre-échange", a-t-il dit lors d'un 
des débats entre candidats à l'investiture républicaine, 
précisant qu'il soutenait à la fois l'Accord de libre échange 
nord-américain (Alena), en vigueur depuis plus de vingt ans, et 
le récent Partenariat transpacifique (TPP). 
    Par le passé, il a soutenu l'octroi de pouvoirs spéciaux au 
président pour négocier de manière accélérée (fast-track) des 
accords commerciaux. 
    Il est opposé à une sortie de l'Organisation mondiale du 
commerce (OMC). 
 
    POLITIQUE ÉCONOMIQUE ET FISCALITÉ 
    Le gouverneur de l'Ohio se fixe comme priorité d'équilibrer 
le budget fédéral. 
    En campagne, il prend régulièrement la parole devant un 
compteur où s'actualise en temps réel le niveau de la dette 
publique des Etats-Unis. 
    Kasich promet de réduire les impôts sur les ménages (le taux 
d'imposition de la tranche supérieure serait ramené de 39,6% à 
28%) et d'accentuer les crédits d'impôt sur les revenus du 
travail. Il veut aussi mettre en place des incitations fiscales 
en faveur de l'emploi, y compris en abaissant de 35% à 25% le 
taux de la tranche supérieure de l'impôt sur les sociétés. 
    Il veut mener un "audit intégral" de l'Internal Revenue 
Service (IRS), l'agence fédérale de collecte des taxes et 
impôts.  
 
    POLITIQUE ÉTRANGÈRE 
    Kasich veut accroître de 100 milliards de dollars les 
dépenses de défense sur les huit prochaines années. 
    Il est partisan de l'instauration de zones d'exclusion 
aérienne au-dessus de la Syrie et défend l'idée d'une "coalition 
de combat" contre l'Etat islamique. 
    "Les attentats du 13 novembre à Paris ont mis en lumière le 
gigantesque fossé entre la vision du monde civilisé et celle de 
ces terroristes. Si nous ne nous engageons pas sérieusement à 
vaincre le mal que nous avons vu à l'oeuvre à Paris, nous 
laisserons la porte ouverte à des attaques similaires dans nos 
propres villes", écrit-il sur son site internet de campagne. 
    Kasich considère que la crise des réfugiés syriens est un 
problème fondamentalement européen. Il considère certes que les 
Etats-Unis ont un rôle à jouer mais il estime nécessaire une 
"pause" dans l'accueil de réfugiés syriens sur le territoire 
national et une vérification plus poussée des demandes d'asile. 
     
    VOIR AUSSI 
    Le POINT sur les primaires:  ID:nL8N15G1ZD  
    Le TABLEAU des primaires:  ID:nL8N15O2QW                    
 
 (Amanda Becker; Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant