ENCADRE-USA 2016-Duel Clinton-Sanders dans la primaire démocrate

le , mis à jour le
0
    WASHINGTON, 5 mars (Reuters) - La pré-campagne démocrate a 
longtemps ressemblé à un long fleuve tranquille sur lequel 
Hillary Clinton sembler voguer vers l'investiture. La 
concurrence inattendue de Bernie Sanders, sénateur "socialiste" 
du Vermont, a troublé un temps les esprits mais l'ex-First Lady 
a remis les choses au point. 
     
    -------------------- 
    CLINTON, LA FAVORITE A RETROUVÉ SON RANG 
    -------------------- 
    Victorieuse de justesse le 1er février dans les caucus de 
l'Iowa, battue huit jours plus tard dans le New Hampshire, 
HILLARY CLINTON, 68 ans, a cru revivre le scénario de 2008 quand 
l'ex-Première dame avait été devancée par Barack Obama.  
    Mais celle qui, au printemps dernier, s'était lancée dans 
les primaires démocrates avec l'étiquette de grandissime 
favorite a regagné son statut.  
    Sa série de victoires dans le "Super Tuesday" --     
l'ancienne secrétaire d'Etat s'est imposée dans sept des onze 
Etats -- lui a permis se préparer au combat contre le favori du 
camp républicain Donald Trump et ses donateurs sont déjà prêts à 
financer la campagne de la présidentielle proprement dite. 
    Elle dispose à ce stade de 601 délégués. 
    "Hillary sera la candidate", affirme Dane Strother, une 
stratège du parti. "Il faut désormais qu'elle commence à 
concentrer ses attaques sur Trump." 
    Après son entrée en campagne, en avril dernier, 
l'ex-sénatrice de New York (2000-2008) a été rattrapée dans le 
courant de l'été et pendant l'automne par une affaire de 
courriels:  lorsqu'elle dirigeait la diplomatie américaine 
(2009-2013), Clinton a enfreint les règles en utilisant sa 
messagerie privée.  
    Passée en août et pour la première fois sous les 50% 
d'intentions de vote mesurées auprès d'électeurs inscrits comme 
démocrates, elle a redressé la barre et multiplié les 
initiatives, détaillant son plan pour un contrôle des armes à 
feu (voir  ID:nL8N12549R ).  
    Elle propose aussi de démanteler les banques jugées trop 
importantes pour faire faillite, de mieux contrôler le système 
bancaire parallèle et, afin de mettre un frein aux abus de Wall 
Street, d'augmenter les amendes que les régulateurs peuvent 
imposer aux sociétés financières et à leurs dirigeants. (voir 
 ID:nL8N1284PP ) 
     
    -------------------- 
    SANDERS, LE CHALLENGER SURPRISE 
    -------------------- 
    Le sénateur indépendant du Vermont, BERNIE SANDERS, âgé de 
74 ans, est la surprise des primaires démocrates. 
    Celui qui n'hésite pas à se dire "socialiste démocrate" a 
profité à plein des problèmes de Clinton, attirant les foules 
dans ses meetings de campagne et offrant, par ses appels à une 
meilleure répartition des richesses, un prolongement au 
mouvement Occupy. D'un score moyen de 5,6% des intentions de 
vote lorsqu'il s'est lancé dans la course, fin avril, il est 
passé à plus de 35% aujourd'hui. 
    Son quasi match nul avec Clinton dans l'Iowa, et sa victoire 
dans le New Hampshire ont entretenu la mobilisation autour de sa 
candidature. "Nous avons réussi ce que les élites politiques 
jugeaient impossible. Ne nous sous-estimez pas", a-t-il dit. 
    Occupant l'espace à gauche du parti, Sanders veut élargir la 
couverture maladie, augmenter le salaire minimum, taxer plus les 
plus hauts revenus et rendre les universités plus accessibles.  
    Mais sa progression s'est heurtée à ses mauvais scores 
auprès des minorités, notamment des Afro-Américains. Il ne 
dispose que de 409 délégués. 
    "L'électeur type de Bernie Sanders est plutôt un blanc 
marqué à gauche, conduisant une Volvo et financièrement à 
l'aise", notait dans le New York Times le politologue Paul 
Maslin. "Je ne vois pas comment Bernie pourrait ravir à Hillary 
Clinton un grand nombre d'électeurs noirs dont il a pourtant 
besoin s'il veut avoir une chance d'être investi." 
     
    VOIR AUSSI 
    Le POINT sur les primaires:  ID:nL8N15G1ZD  
    Le TABLEAU des primaires:  ID:nL8N15O2QW    
    Pour suivre en français l'actualité électorale aux 
Etats-Unis, cliquer sur  FB-US-VOTE      
 
 (Bureau de Washington; Guy Kerivel, Pierre Sérisier et 
Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant