ENCADRÉ-Réactions aux propos de Macron sur l'assurance chômage

le
0

PARIS, 12 octobre (Reuters) - Voici les principales réactions aux propos d'Emmanuel Macron sur la nécessité de réformer "sans tabou" l'assurance chômage, publiés dimanche dans le Journal du dimanche. CHRISTIAN ECKERT, secrétaire d'État au Budget, au Grand Jury RTL-LCI-Le Figaro "Quatre milliards d'euros de déficit chronique sur l'assurance chômage, c'est un élément sur lequel nous devons travailler. Nous devons le réduire (...) Aux partenaires de décider si c'est en jouant sur la durée, sur le niveau, sur les moyens mis pour le retour à l'emploi. C'est vrai que s'ils n'arrivent pas à un accord, nous verrons comme le gouvernement, éventuellement, légifèrera sur le sujet. "Il n'y a pas de précipitation, il y a un appel à la discussion entre les partenaires sociaux et au travail des partenaires sociaux pour réduire le déficit et pour envisager une meilleure utilisation des fonds disponibles de l'Unedic pour le retour à l'emploi." --- MARISOL TOURAINE, ministre de la Santé, sur iTélé "Aucun sujet n'est tabou mais il faut savoir prendre le temps de la réflexion et associer les acteurs qui sont directement concernés." --- SÉGOLÈNE ROYAL, ministre de l'Ecologie, sur France Inter "L'assurance chômage est un acquis social et ce n'est pas en période de crise qu'il faut toucher à un acquis social comme celui-ci (...) Cela dit, il ne faut pas non plus déformer les propos qui sont tenus par les uns et les autres et je n'ai pas vu ni lu dans la prise de parole d'Emmanuel Macron une quelconque intention de réformer l'assurance chômage. Il y a peut-être une petite maladresse, sur l'utilisation du vocabulaire. "Les responsables politiques doivent être jugés sur les actes (...) Emmanuel Macron est un ministre engagé, de gauche." --- PIERRE MOSCOVICI, commissaire européen désigné aux Affaires économiques et financières, sur iTélé "Quand on réforme le marché du travail, cela va plutôt dans le sens qui est souhaité, d'une économie plus compétitive. Après, il faudra examiner les mesures proposées par Emmanuel Macron, elles ont l'air ambitieuses, mais il faudra les juger plus objectivement et non pas seulement sur l'annonce, mais sur la réalité." --- JEAN-CHRISTOPHE CAMBADÉLIS, Premier secrétaire du Parti socialiste, sur iTélé "La gauche n'a pas de tabous mais elle a quelques totems. En particulier le fait que, quand un président de la République s'exprime, les ministres appliquent." --- LE CLUB DES ENTREPRENEURS, dans un communiqué "Emmanuel Macron aborde de manière courageuse la question de l'assurance chômage dans notre pays qui manque cruellement de croissance, qui n'arrive pas à rattraper son retard considérable de compétitivité et d'innovations. "Cette réforme est nécessaire et permettra de lutter contre les rigidités actuelles qui poussent les chômeurs à perdre confiance en eux et à s'éloigner du marché du travail, faute d'avoir bénéficié d'un accompagnement et d'une formation dédiée." --- PARTI DE GAUCHE, dans un communiqué "Après François Rebsamen et Manuel Valls, c'est le ministre de l'Economie Emmanuel Macron qui vient à nouveau de stigmatiser les chômeurs pour tenter de masquer l'échec absolu de sa politique. "Le mythe des chômeurs qui préfèreraient rester chez eux pour toucher les indemnités est un mensonge et une honte. Emmanuel Macron ne s'est pas arrêté là cette semaine et a également critiqué les entreprises qui augmentaient selon lui trop les salaires. Il est temps que ce grand bourgeois retourne d'où il vient et cesse d'insulter le peuple français." (Marion Douet, avec Maya Nikolaeva et Emmanuel Jarry, édité par Jean-Philippe Lefief)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux