ENCADRE-Principales déclarations de "DSK" au procès du Carlton

le
0

(Actualisé avec autres citations) LILLE, 10 février (Reuters) - L'ancien directeur général du Fonds monétaire international Dominique Strauss-Kahn est entendu pour proxénétisme aggravé dans l'affaire dite du "Carlton" de Lille. Voici ses principales déclarations mardi, lors de sa première journée d'audition : * A propos des accusations : "Quand on lit l'ordonnance de renvoi devant le tribunal correctionnel, on a l'impression d'une activité frénétique où tout le monde ne fait que ça" "C'est quatre rencontres par an sur trois ans" "Il n'y a pas eu cette activité débridée qui semble apparaître à la lecture de l'ordonnance" "Je maintiens que je n'ai jamais soupçonné qu'il puisse y avoir des prostituées dans les rencontres auxquelles j'ai participé" * Sur sa responsabilité dans l'organisation des soirées : "Je me suis toujours considéré comme invité par Fabrice (Paszkowski, autre prévenu, organisateur présumé des soirées- NDLR) à des après-midi ou des soirées qu'il organisait" "Je ne m'estime en rien organisateur de quelconques soirées, je n'avais pas le temps" "A aucun moment je ne demande qu'on m'organise une soirée" "En revanche (...) je donne des dates" de disponibilité * Sur son appréciation des relations tarifées : "Ça n'est pas ma conception des relations sexuelles que j'aime que de le faire avec des prostituées" "J'aime que ce soit la fête" Fabrice Paszkowski "voulait me faire plaisir donc il a donné cette consigne de ne jamais me dire" que les filles étaient des prostituées "Il ne s'est pas rendu compte" qu'il me faisait prendre des risques "Je n'ai aucun plaisir et j'ai même horreur" des relations sexuelles tarifées * Sur le libertinage : "J'ai toujours considéré que la vie privée était la vie privée. J'ai peut-être eu tort" Participer à des rencontres libertines "était un risque que j'acceptais (...) En revanche, je considérais (...) que le risque de fréquenter des prostituées était dix fois supérieur" "Je n'ai jamais eu le sentiment (que les femmes) venaient pour moi" "J'avais une vie extrêmement trépidante avec quelques soupapes de récréation" "Ce qui me plaisait dans ces rencontres, c'était une atmosphère de fête avant, pendant, après les rapports sexuels" "Il m'est arrivé dix fois de me trouver dans une situation où une femme s'offrait, ça n'est pas quelque chose qui était pour moi totalement inconnu" * Sur les témoignages des ex-prostituées : "Les scènes que nous avons vécues ensemble, nous ne les avons pas vécues de la même manière" "Tout cela est extrêmement fluctuant, parfois un peu fantasmatique" "Ce sont les prostituées elles-mêmes qui disent 'ils ne pouvaient pas ignorer qu'on était des prostituées'. Mais les autres ne disent pas ça". (Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant