ENCADRE-Migrants bloqués à la frontière italo-suisse, AI s'inquiète

le
0
    par Brenna Hughes Neghaiwi 
    ZURICH, 10 août (Reuters) - Amnesty International a fait 
part mercredi de son inquiétude alors que des centaines de 
migrants s'entassent à la frontière entre l'Italie et la Suisse 
et a demandé des explications à Berne après des informations 
selon lesquelles des enfants qui voulaient rejoindre leurs 
parents auraient été refoulés. 
    La Suisse explique que l'afflux de réfugiés est dû à une 
arrivée de migrants africains voulant se rendre en Europe du 
Nord et notamment en Allemagne.  
    Les migrants dorment près de la gare de Côme en Italie, 
depuis que la Suisse a décidé de refouler les migrants le mois 
dernier. 
    "Nous sommes préoccupés par les informations de mineurs qui, 
d'après leurs dires, ont été renvoyés en Italie à la frontière 
suisse et ont été empêchés de rejoindre les membres de leurs 
familles en Suisse", a déclaré Amnesty International Suisse dans 
un communiqué publié mardi. 
    "Si un mineur a des membres de sa famille en Suisse capables 
de s'en occuper, alors la Suisse doit traiter cette demande 
d'asile", ajoute l'association de défense des droits de l'homme. 
    Près des deux tiers des quelque 7.500 migrants qui ont 
atteint la Suisse via le canton du Tessin ont été refoulés 
depuis le début juillet, soit une forte hausse par rapport à la 
proportion d'un sur sept constatée auparavant. 
    Les autorités suisses expliquent que cela est dû à un afflux 
de personnes, venant principalement d'Érythrée, de Gambie et 
d'Ethiopie, qui souhaitent passer par la Suisse en provenance de 
l'Italie pour se rendre en Allemagne ou dans d'autres pays 
d'Europe du Nord, ce qui nécessite une autorisation. 
    Mais tout individu qui demande l'asile en Suisse, ou qui 
fait connaître son intention en ce sens aux gardes-frontières, 
se verra accorder cette possibilité, ont fait savoir les douanes 
et les services de l'immigration. 
    Cette politique n'a pas changé ces dernières semaines, 
précisent ces autorités. 
    Martin Reichlin, du Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM), 
a déclaré qu'à son avis, tout enfant arrivant à la frontière 
pour tenter de rejoindre ses proches en Suisse se verra confier 
aux bons soins de son service. 
    Les autorités ont la responsabilité d'informer les mineurs 
de leurs droits, a déclaré Amnesty. 
    Les migrants refoulés aux frontières suisse et française 
commencent à se replier à Milan, a déclaré mardi le maire de la 
ville, Giuseppe Sala. Plus de 3.000 migrants en transit vers 
d'autres pays européens sont bloqués dans la capitale économique 
de l'Italie.    
 
 (Avec Steven Scherer à Rome; Danielle Rouquié pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant