ENCADRE-Les successeurs possibles de Sepp Blatter à la Fifa

le , mis à jour à 13:38
0

(actualisé) LONDRES, 3 juin (Reuters) - La Fifa vit un moment clef de son histoire avec l'annonce mardi de la démission de la présidence de Sepp Blatter, au beau milieu d'un scandale de corruption qui éclabousse plusieurs dirigeants de la principale instance internationale de football. ID:nL5N0YP034 Le Suisse, âgé 79 ans, n'est que le huitième dirigeant de la Fifa depuis sa création il y a 111 ans. Trois hommes ont tenu les rênes de l'organisation depuis 54 ans : l'anglais Stanley Rous (1961-1974), le brésilien Joao Havelange (1974-1998) et Sepp Blatter, réélu vendredi pour un cinquième mandat consécutif. Il est fort probable que des présidences aussi longues ne seront plus possibles à l'avenir à la suite de la réorganisation en profondeur que devrait connaître l'organisation avec, à la clef, de possibles limites en termes d'âge et de nombre de mandats. Voici une liste de personnalités susceptibles d'être candidates à la succession de Sepp Blatter. MICHEL PLATINI, France, 59 ans L'actuel président de l'UEFA fut un temps proche de Sepp Blatter avant de progressivement prendre ses distances. Il avait appelé Sepp Blatter à démissionner le jour de sa réélection. ID:nL5N0YJ551 Considéré comme l'un des meilleurs joueurs de sa génération, il a été sélectionné à 72 reprises en équipe de France, la menant à la victoire dans le championnat d'Europe des nations en 1984. PRINCE ALI BEN AL HUSSEIN, Jordanie, 39 ans Il a remporté 73 votes lors du premier tour pour la présidence de la Fifa vendredi, un score qui avait fait prendre conscience à Sepp Blatter du rétrécissement de sa base de soutien. Le prince Ali a déclaré qu'il pourrait se présenter à nouveau s'il est soutenu par suffisamment de fédérations. Il devrait cependant s'effacer si son mentor Michel Platini se porte également candidat. La fédération de football jordanienne cherche de son côté à savoir si, juridiquement, le prince Ali peut remplacer Sepp Blatter sans qu'un nouveau vote ne soit nécessaire. JÉRÔME CHAMPAGNE, France, 56 ans Un ancien diplomate français qui a travaillé pendant 11 ans au sein de la Fifa, atteignant le poste de secrétaire général délégué avant de quitter l'organisation en 2010. Il fut le premier à se déclarer à l'élection qui s'est tenue vendredi dernier mais a dû se retirer de la course faute de soutiens nécessaires. WOLFGANG NIERSBACH, Allemagne, 64 ans Ancien journaliste sportif, il a commencé à gravir les échelons du monde du football à la fin des années 1980, quand l'Allemagne de l'Ouest a organisé le championnat d'Europe des nations en 1988. Il fut le responsable médias de l'événement. Président de la fédération allemande de football, il a été élu cette année au comité exécutif de la Fifa. Il apporterait un esprit de réforme à l'organisation tout en prônant une coopération mondiale. Wolfgang Niersbach a dit avoir voté pour le prince Ali lors du scrutin de vendredi. DOMENICO SCALA, Italie/Suisse, 50 ans Homme d'affaires réputé irréprochable, il est le président indépendant du comité d'audit et de conformité de la Fifa depuis mai 2012. Il a auparavant fait carrière dans la banque. Il a déclaré qu'un délai de quatre mois minimum serait nécessaire pour préparer un nouveau congrès. L'un de ses chevaux de bataille est la réforme du mode de désignation et du fonctionnement du comité exécutif de la Fifa. ID:nL5N0YP0P7 JÉRÔME VALCKE, France, 54 ans Actuel secrétaire général de la Fifa. Considéré comme étant trop proche de Sepp Blatter pour être une alternative crédible. Mardi, la Fifa a démenti l'implication de Jérôme Valcke, et de tout autre membre de son actuelle direction, dans un transfert de 10 millions de dollars au coeur d'un scandale de corruption sur lequel enquête la justice américaine. ID:nL5N0YO05C DAVID GINOLA, France, 48 ans. Ancien joueur de football qui a renoncé cette année à une première candidature. Il a annoncé à Sky News qu'il entendait se présenter à nouveau. ZICO, Brésil, 62 ans. International brésilien dans les années 1970 et 1980 avec trois participations à la Coupe du monde, Zico a fait part sur sa page Facebook de son intérêt pour le poste de président de la Fifa. "J'ai été ministre des Sports. J'ai de l'expérience grâce à mon club et en aidant Kashima au Japon. Je mets le football au dessus de la politique", a-t-il dit. S'il admet manquer de soutiens, il souhaite voir comment ce projet est susceptible d'évoluer. DIEGO MARADONA, Argentine, 54 ans. L'ancien milieu de terrain argentin, champion du monde en 1986, n'est pas candidat à la présidence de la Fifa, mais l'idée de sa candidature a été évoquée mercredi par le président vénézuélien Nicolas Maduro. Le chef d'Etat a rappelé que Maradona avait dénoncé à plusieurs reprises le fonctionnement de la Fifa. Maradona a publiquement appuyé la candidature du prince Ali lors de l'élection vendredi. CHUNG MONG-JOON, Corée du Sud, 63 ans. Homme d'affaire sud-coréen, Chung Mong-joon est un ancien membre du comité exécutif de la Fifa et un adversaire farouche de Sepp Blatter. Il a dit mercredi qu'il allait sonder les grandes puissances du football avant de prendre une décision. Premier actionnaire de Hyundai Heavy Industries, il a contribué à l'attribution de la Coupe du monde 2002 à la Corée du Sud et au Japon. (Mike Collett, Benoit Van Overstraeten et Nicolas Delame pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant