ENCADRE-Le secteur financier écossais en chiffres

le
1

LONDRES, 10 septembre (Reuters) - L'avenir des entreprises écossaises du secteur financier est au coeur du débat sur le profil de l'économie d'une Ecosse indépendante en cas de victoire du "oui" au référendum du 18 septembre. ID:nL5N0RA3PS Le secteur génère entre 7 et 9 milliards de livres (8,5 à 10,8 milliards d'euros) et emploie environ 100.000 personnes, selon les chiffres du Scottish Financial Enterprise (SFE), un organisme indépendant qui le représente. BANQUES Le secteur écossais de la banque représente 13% des emplois dans la banque au Royaume-Uni. (source : SFE) Royal Bank of Scotland RBS.L , Bank of Scotland (filiale de Lloyds Banking Group LLOY.L ) et Clydesdale Bank sont toutes habilitées à imprimer des billets de banque, une pratique qui remonte à 1695. (SFE) Le Chartered Institute of Bankers in Scotland a été fondé en 1875, ce qui en fait le plus ancien organisme professionnel au monde pour banquiers en exercice. (SFE) Lloyds Banking Group emploie 16.000 personnes en Ecosse, RBS 11.500. Bank of Scotland compte 293 agences, RBS 270. ASSURANCES/RETRAITES Le secteur de l'assurance britannique est le troisième au monde et le premier en Europe avec 320.000 employés, selon l'Association des assureurs britanniques (ABI), qui n'a pas fourni de chiffres sur la taille du secteur en Ecosse. Standard Life SL.L , Scottish Widows (filiale de Lloyds Banking Group) et Scottish Life (filiale du groupe d'assurance-vie et de retraites Royal London) sont parmi les plus gros employeurs du secteur en Ecosse. Fondé à Edimbourg en 1825, Standard Life est le premier assureur basé en Ecosse avec 5.500 employés au Royaume-Uni, dont 5.000 en Ecosse, et une capitalisation boursière d'environ 10 milliards de livres. Environ 90% de sa clientèle habite hors d'Ecosse. Scottish Life, fondé en 1881, emploie 1.200 personnes à Edimbourg et Glasgow. La majorité de sa clientèle habite hors d'Ecosse. Ses fonds sont gérés depuis Londres. Scottish Widows, fondé en 1812, est l'une des plus importantes sociétés britannique d'épargne-retraite d'entreprise. Elle rassemble environ deux millions d'épargnants. La présence du secteur de l'assurance en Ecosse remonte au début du XVIIIe siècle sous la forme d'assurances maritimes. (SFE) Soixante-dix pour cent de tous les produits de retraite souscrits par les consommateurs écossais le sont auprès de sociétés basées ailleurs au Royaume-Uni. (gouvernement britannique) GESTION DE FONDS Au moins 500 fonds, hors fonds d'investissement et fonds indiciels, sont gérés par des gérants basés en Ecosse, selon les données Thomson Reuters. Les actifs gérés en Ecosse ont été estimés en 2013 à 560 milliards de livres, soit 11% du total britannique de 5.000 milliards de livres. (Investement Management Association) Les actifs gérés par des sociétés basées en Ecosse sont estimés à 571 milliards de livres, soit 26% du total des actifs gérés par des sociétés implantées au Royaume-Uni. (IMA) De 65 à 75% des actifs britanniques sont gérés par des groupes basés à Londres. (IMA) Le secteur emploie 30.800 personnes, dont 15% basées en Ecosse. (IMA) Soixante fonds spéculatifs (hedge funds) étaient basés en Ecosse fin juillet, gérant pour 36,7 milliards de dollars d'actifs. (cabinet de recherches Eurekahedge) Le plus important fonds commun de placement géré depuis l'Ecosse est le fonds Global Absolute Return Strategies LP65111167 , qui gère 35,8 milliards de dollars d'actifs. Près de la moitié (48%) des adultes écossais disposent d'un compte d'épargne individuel, exempté d'impôt au Royaume-Uni. Ces comptes ne seraient plus disponibles sous leur forme actuelle en cas d'indépendance de l'Ecosse, a fait savoir le gouvernement britannique. (Matt Scuffham, Simon Jessop et Nishant Kumar; Patrick Vignal pour le service français, édité par Véronique Tison)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le mercredi 10 sept 2014 à 09:44

    encore une folle décision que les bobos locaux feront payer cher à la population