ENCADRE-Le débat sur le burkini n'est pas épuisé, estime Valls

le
0
    PARIS, 26 août (Reuters) - La décision du Conseil d'Etat de 
suspendre un arrêté anti-burkini n'épuise pas le débat qui s'est 
ouvert en France sur le port de ce vêtement de plage pour femmes 
musulmanes, a déclaré vendredi Manuel Valls.  
    Sur sa page Facebook, le Premier ministre répète que 
dénoncer le burkini, "ce n'est en aucun cas mettre en cause une 
liberté individuelle". 
    "Il n'y a pas de liberté qui enferme les femmes ! C'est 
dénoncer un islamisme mortifère, rétrograde. Une vision que je 
n'accepte pas au nom même de la place que l'islam doit trouver 
dans notre société", dit-il. 
    Des représentants musulmans ont salué comme une victoire de 
la sagesse la décision du Conseil d'Etat, qui a vocation à faire 
jurisprudence mais place en porte-à-faux Manuel Valls, lequel a 
soutenu ce type d'arrêtés, pris cet été par plusieurs dizaines 
de maires, sans pour autant juger nécessaire de légiférer. Voir 
  
    La plupart des ténors de droite - à l'exception notable de 
l'ex-Premier ministre Alain Juppé - et l'extrême-droite ont 
appelé à modifier la loi après la décision du Conseil d'Etat. 
    Pour Manuel Valls, le débat sur "le burkini n'est pas 
anodin, c'est un débat de fond".  
    "Le silence serait sans doute plus confortable, pour ne pas 
risquer les généralisations, pour ne pas aviver des plaies 
ouvertes au sein de la société française. Mais rester 
silencieux, comme par le passé, c'est un petit renoncement. Une 
démission de plus", écrit-il. 
    Le Premier ministre redit que le burkini "n'est pas un signe 
religieux", mais "l'affirmation dans l'espace public d'un 
islamisme politique". 
    Les musulmans "savent bien que le burkini est l'alliance 
improbable entre le mot bikini et le mot burqa - un mot qui dit 
bien ce qu'il veut dire !" 
    "Le combat est juridique, chaque fois qu'un risque de 
trouble à l'ordre public sera établi. Mais le combat est 
d'abord, et avant tout, politique, au sens le plus profond du 
mot, culturel, pour dire ce que nous n'acceptons pas, car cela 
met en danger la cohésion de la Nation", ajoute-t-il. 
     
      
 
 (Gérard Bon) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant