ENCADRE-Le "cri" du président du conseil local d'Alep-Est

le
0
    par John Irish 
    PARIS, 30 novembre (Reuters) - Le président du conseil local 
des quartiers d'Alep-Est a lancé mercredi à Paris un "cri" 
d'alarme au nom de la population de la deuxième ville de Syrie 
assiégée par le régime de Bachar al Assad qui a repris ces 
derniers jours le contrôle de plusieurs quartiers tenus par les 
rebelles.  
    "Je suis venu en France pour transmettre un cri de 
souffrance des femmes, des enfants et civils qui sont tués tous 
les jours, toutes les nuits", a dit Brita Hagi Hassan à l'issue 
de sa rencontre avec le chef de la diplomatie française 
Jean-Marc Ayrault.  
    "Au nom de l'humanité laissez les civils sortir de la ville, 
aidez les civils, protégez les civils", a-t-il ajouté, appelant 
à la mise en place d'un "corridor sûr". "Nous avons vu des 
exécutions, des règlements de comptes. Tous les jeunes et hommes 
de moins de 40 ans sont arrêtés et exécutés." 
    Face à la "catastrophe humanitaire" en cours, la France a 
appelé mardi à la tenue en urgence d'une réunion du conseil de 
sécurité de l'Onu. La situation à Alep doit être évoquée dans la 
journée à l'Onu.  
    "Notre priorité d'abord, c'est de protéger les populations 
civiles et avoir des mesures concrètes", a expliqué Jean-Marc 
Ayrault aux côtés de Brita Hagi Hassan. "On verra ce que les 
membres du Conseil de sécurité peuvent faire pour sauver les 
civils. Tout le monde est au pied du mur. Nous ne pouvons pas 
détourner le regard."  
 
 (avec Marine Pennetier, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant